Un empire tombé en panne avec un président raciste d'extrême-droite

20 Mar 2017
228 fois

Le président Trump n'arrive pas au monde, comme Adam, au début de l'histoire. Trump arrive à la Maison Blanche dix après la deuxième plus grande crise économique globale après celle de 1929 et quand les statistiques du chômage disent que les États-Unis sont déjà sortis.

Mais il ne doit pas être vrai tout à fait quand un candidat de la droite, pour gagner, a promis que les usines reviendront aux USA. Les cracks de 2007 et 2008 ont tombé en panne le mécanisme nord-américain comme un marché pour les produits des pays exportateurs, qui réinvestissaient à son tour aux États-Unis un grand pourcentage de ses bénéfices.

C’est-à-dire en termes marxistes : la crise de surproduction est arrivée à la plus grande métropole impérialiste. Les travailleurs ont des besoins insatisfaites qui ne peuvent pas se convertir en demande par les bas salaires et par le nombre d'exclus du marché de travail (chômeurs camouflés).

La réduction d'impôts de Trump tirera 2,4 milliards des comptes publics dans les quatre ans du mandat (selon le Tax Policy Center). La dépense dans infrastructures sera de 1 milliard, et dans des investissements militaires 0,3 milliards (selon Trump) .

À la fin du mandat y aura  une augmentation de dette publique de cinc milliards de dollars. Les experts ne se sont pas d'accord s'il y aura une crise de dette maintenant ou à la fin du mandat ou dans un point intermédiaire.

Par rapport à la relocalisation des usines dans une économie de marché libre, ou Trump impose que les corporations des EU ou étrangères descendent son taux de profit ou il n'y aura pas de nouvelles usines, ou bien, ces usines auront un niveau tel d'automatisation qu’elles créeront un nombre anecdotique de postes de travail. En outre, si la banque est plus déréglementée, l'argent n'ira pas à la production, mais à l'achat d'actions.


Voyons le contexte !. Trump est ouvertement autoritaire, machiste, misogyne, raciste, xénophobe, islamophobe, anti-immigration et il donne soutien clairement l’extrême-droite mondiale. Son gouvernement est formé par des hommes blancs, des millionnaires, ex-généraux et des racistes d'extrême-droite. Tous les candidats aux primaires républicaines voulaient éliminer la réforme sanitaire d'Obama et réduire des impôts, spécialement aux entreprises et aux grosses fortunes et quelque chose aussi aux bas revenus.

Mais ni Trump ni Sanders étaient les candidats des secteurs principaux de la bourgeoisie dans les élections nord-américaines. L'un comme l'autre avaient dans le programme un investissement dans des infrastructures de un milliard de dollars, Clinton de 0,245 milliards. Outre Sanders comme Trump appuient la relocalisation des usines aux États-Unis. Sanders et les syndicats veulent retirer la signature de l'accord commercial Trans-pacifique signé il y a un an et dont Trump s'est retiré ou il veut renégocier.

Obama (Parti  Démocrate) a expulsé 2,6 millions d'émigrants sans des papiers dans ses huit années de présidence. Trump a dit qu'il expulsera entre 2 et 3 millions en quatre ans des 11-13 millions d'immigrants sans des papiers qu’il y a au pays. Le Président Clinton (Parti Démocrate) a construit 1.100 kms de mur à la frontière. Trump veut lever 2.000 kms jusqu'à le compléter. La Chine et les États-Unis n'ont pas signé jusqu'à il y a 4 mois l'accord contre le changement climatique de Paris. Les USA n'avaient pas signé l'accord de Kioto.

Trump dit que le changement climatique causé par l'espèce humaine n'existe pas. Le prix Nobel de la Paix Obama a été en guerre tous les jours de huit ans de mandat. Il a bombardé la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, le Yémen, la Somalie et le Pakistan. Obama n'a pas fermé Guantánamo et il a créé un programme secret mondial d'homicides avec drones. Trump est en faveur de la torture. Le président Clinton a déréglementé la banque et les finances, comme réponse à la baisse du taux de profit du capital.

En 2008 c'était le premier avis de ce que la marge se terminait pour cette politique de spéculation étourdie. Obama a eu à régler un peu les finances avec la loi Dodd-Frank. Hillary et la FED (l'équivalent de la banque centrale des États-Unis) disaient vouloir augmenter la régulation. Trump veut supprimer la loi Dodd-Frank d’Obama, avec un Secrétaire du Trésor de Goldman Sachs (comme Luis de Guindos  (Ministre espagnol d’Economie oui Draghi). Dans d'autres terrains – environnement, énergie - Trump parie par la déréglementation avec l'autorisation de pipe-lines en Alaska et éliminer obstacles au polluant fracking.


Au moment d’écrire cet article, Trump est entré dans la deuxième semaine comme président. Les manifestations d'initiative féministe, qui ont réuni deux 2 millions de personnes, ont montré l’opposition à sa politique. Un mouvement opposant est né dans cendres de la candidature de Sanders.

Le décret migratoire contre les musulmans de set pays a renouvelé les protestations et même des grèves des chauffeurs de taxi dans quelques villes. Trump agit avec le schéma de conflit de civilisations, autant internationalement comme dans les mêmes USA. On parle même d'un changement d'ère des États-Unis dans son rôle impérialiste.


Il faut un parti et un programme socialiste pour les État-Unis. La classe ouvrière des USA et toutes les ethnies n'ont rien à gagner avec l'impérialisme de la bourgeoisie nord-américaine des partis républicains et démocrates.

1 février 2017 

Víctor Messeguer (membre de Lucha Internacionalista (section à l’État espagnol de l’UIT-CI) 

 

(1) https://is.gd/R3Z6CJ

http://luchainternacionalista.org/spip.php?lang=es

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Memorial ACTe before opening !