Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Mai 1967 : C’était bien un massacre, et que dit Jean Pierre Sainton ?

26 Mai 2017
970 fois

Selon le dictionnaire français « Petit Robert : Massacre : « action de tuer une quantité de gibier » 

Toujours selon le Petit Robert Massacrer : Tuer avec sauvagerie et en masse, des êtres qui ne peuvent pas se défendre »

La Commission Stora sur les événements de 1959 en Martinique, de 1962 en Guadeloupe et en Guyane, et de 1967 en Guadeloupe, » a remis son rapport en novembre dernier. (2016)

Ce rapport qui est le résultat du travail de quelques historiens et autres personnalités commencé en 2014 s’intitule très officiellement (P 57)

« Le massacre de mai 67 Pointe à Pitre (Guadeloupe) « cela signifie que l’état français, qui a produit ce rapport a intégré le fait qu’il bien d’un massacre. 

Et pourtant sans l’ombre d’un doute, Jean-Pierre Sainton ( co-auteur avec l’historien patriote Raymond Gama de l’ouvrage « Mé 67, Mémoire d’un événement » publié en 1983 ) a affirmé lors d’une conférence faite le 27 avril 2017, qu’il n’y avait eu que 8 morts en 1967 !  

Cette révélation aussi surprenante que tardive et incompréhensible a jeté un émoi dans toute la Guadeloupe. les reseaux sociaux se sont enflammés 

On s’est alors demandé avec raison pourquoi Sainton avait-il publiquement et soudainement « sorti » un tel chiffre ? Pourtant en 2009 sur France 2, Jean-Pierre Sainton auteur de " Mé 67 ", Mémoire d’un événement et interviewé dans l'émission de France 2 Complément d'enquête du 9 mars 2009 fait un bilan de plusieurs dizaines de morts, par recoupements des témoignages. Il montre en outre un télégramme, envoyé par la préfecture au moment des évènements, admettant la possibilité de victimes non déclarées en sus de 7 victimes certaines. »

En réalité aujourd’hui Sainton ne fait que reprendre à son compte la version officielle de l’état français, telle que publiée dans le Rapport Benjamin Stora. : » P 67 : La question du bilan humain de Mai 67 est l’une des plus controversées. L’Etat (français) s’en tient selon la plupart des archives consultées à une version établie au lendemain des évènements de sept, puis rapidement de huit morts… » Sainton qui fait sien et corps avec les écrits du rapport Stora apporte-donc sa caution aux déclarations officielles de l’état colonial.  

Mais  ces guadeloupéens qui ont vécu dans leur chair  le massacre mai 67,- ces guadeloupéens qui commencent 50 ans après à ouvrir leur bouche pour témoigner de ces « morts sans sépultures », ont décidé de porter plainte contre les soldats francais, contre les autorités françaises et le maire de la ville de Pointe à Pitre de l’époque, attendent sans doute une autre vérité que celle de Sainton.

Faut-il ici rappeler, que c’est ce même Sainton qui nous avait intenté un procès devant le tribunal français. Nous l’avions à l’époque mis en cause, parce qu’il avait volé au secours d’un universitaire français résident accusé de  négationnisme. Sainton a été à deux reprises débouté par le tribunal. 

Mais qui a intérêt à vouloir minimiser le nombre de morts de mai 67 ? Et pourquoi ?

Nous l’avons dit, les parents des victimes de mai 67, ont décidé d’interpeller la justice car ils sont en quête de vérité. C’est plus qu’un devoir mémoriel, c’est une nécessité, car 50 ans après certains guadeloupéens, assassinés en mai 67 sont toujours portés  disparus.

Il s’agit aujourhui, d’aller beaucoup plus loin que le simple rapport Stora, qui n’a pas fait toute la lumière sur les vrais auteurs du massacre de mai 67 

Qui est le CRS français qui a délibérément abattu Jacques Nestor ? Quel est ce militaire français qui d’une balle à la tête à assassiné le jeune (15 ans) Georges Zadigue Gougougnan ? Qui sont ces militaires qui ont tué froidement Gilles Landre dans une veillée mortuaire à la Cour Montbruno ? 

Un demi siècle après ces questions demeurent sans réponses, mais les guadeloupéens ont le droit de savoir ce qui s’est passé et le nombre exact de victimes .

Georges Lemoyne, alors ministre français des dernières colonies françaises quant avait quant lui avancé le chiffre de 87 morts…

Interrogé par nos soins mercredi 24 mai dernier dans le ZCL de C10, l’historien Raymond Gama a affirmé que le nombre de morts en 1967, avoisinerait la centaine.

Mais alors Sainton ?

 

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires