Breaking News

Anticolonialisme ? anticolonialistes ? c’est encore d’actu ces trucs-là ? noon ! ce sont des fake news… !

03 Oct 2020
1104 fois

J’adore la Guadeloupe. Et vous aussi j’en suis quasiment sur. Dans cet archipel d’environ 1628 km2, se trouve ici en termes d’éco système comme un résumé de ce qu’il y a de mieux dans toute la Caraïbe. J’ai presqu’’envie de dire sans chauvinisme aucun, que notre Guadeloupe est un véritable diamant, il n’a vraiment rien à envier aux autres iles proches ou lointaines.

Non je ne vais pas parler de notre richissime cuisine, de notre bio diversité, de nos musiques, de ce vaillant peuple qui subit depuis près de 4 siècles tous les outrages d’un système qu’on désignait jadis sous le terme de « colonial »

Colonial ?

Mais c’est un mot désuet, ringard, dépassé qu’il faut même éviter de prononcer en public, sinon les autres vous regardent l’air triste en pensant « le pauvre, il s’est trompé d’époque. »

Allez, dites-moi, combien de fois, sur RCI, Gpe 1 (Radio, télé, Net) ou dans FA, NS vous entendez (ou lisez) des journalistes guadeloupéens utiliser des termes tels que « colonie, colonialistes, anticolonialistes, anticolonialisme » ?

Lundi dernier, le journaliste Guadeloupéen Michel Reinette donnait la parole par webinaire à tous les présidents de collectivités françaises, … (futurs chefs d’état ?) régis par des articles de la constitution française : 71, 73, 74 etc…

Martinique : Alfred Marie Jeanne, de Corse : Jean Guy Talamoni, de Guyane : Rodolphe Alexandre, de St Barth : Bruno Magras, de St Martin : Daniel Gibbs, de Guadeloupe : Ary Chalus,

Le lendemain Mardi, France Télévision-Guadeloupe diffusait le film de Frank Salin : « Camarade Jean » … l’histoire d’un ex militant du GONG du PTG, co-fondateur des organisations paysannes nationalistes (UTA, UPG, UGTG) et qui a su échapper à la répression en 1967/68. « Camarade Jean », est depuis devenu un producteur agricole emblématique, partisan de la souveraineté alimentaire mais pas que…

Mercredi le coup de massue : Humbert Marboeuf patriote, ancien prisonnier politique, à l’époque où il fut activiste de l’ARC, décédait des suites d'une très longue maladie.

Tout cela se passe dans l’espace public guadeloupéen public. En 3 jours, dans les médias ou dans la vie quotidienne, il a été question de statut, de rapport avec l’état colonial français, de l’indépendance nationale de la Gwadloup, et tout cela à l’insu d’une classe politique, qui a décidé depuis des années de ne pas s'interroger sur la vraie nature des rapports qui demeurent coloniaux entre notre pays et la France. C’est aussi cela notre réalité. Une classe politique qui n’existe et ne se bouge qu’a l’occasion du calendrier des consultations électorales. On s’aperçoit que ces maires, députés, sénateurs, conseillers régionaux et généraux, se refusent d’être des anticolonialistes conséquents. Cette posture qu’on peut considérer comme irresponsable agit implicitement sur la psychologie du peuple guadeloupéen. Ce dernier à l’image des politiques finit par se penser « français » et l’assimilation a depuis des décennies repris son balan. Comment dès lors s’étonner que notre jeunesse se sente comme « perdue » et sans repères. La question identitaire se pose encore en plein XXIème siècle avec acuité. Notre chance, ce sont les manifestations culturelles (Léwoz, gwo ka, deboulé à kannaval) qui sont les ultimes lieux de la résistance ou s’expriment fortement notre guadeloupéanitude

Néanmoins, je ne désespère pas totalement de notre classe politique. Les preuves sont ci-dessous :

Citations* d’Ary Chalus Président de Région* : Moi je dis que j’aime ma Guadeloupe, je ferai donc tout pour aider ma population, pour l’accompagner, vous l’aurez compris, à travers ce partage d’expérience, que je souhaite que la Région se positionne en tant que chef de file de la croissance bleue en Guadeloupe. J’entends en définitive, mobiliser l’ensemble des acteurs du territoire par l’échange d’expérience, et le juste équilibre entre le développement économique vertueux, la préservation de notre patrimoine naturel et humain et les nouveaux métiers liés à la mer qui constituent notre plus grande richesse..( ) Comme l’a si bien rappelé le président de l’autorité de l’OECO, Ralph Gonsalves lors de sa venue en Guadeloupe en mars dernier, on ne peut considérer l’entrée de la Guadeloupe au sein de l’OECO comme l’introduction d’un acteur de l’aide au développement ; nous sommes tous des partenaires. Je suis intimement convaincu que la Guadeloupe, de par sa position au sein de l’arc antillais contribuera pleinement à l’essor de notre Caraïbe… 

Eh bien chers amis avant de terminer je tenais à vous livrer cette citation de Frantz Fanon, c’est l’auteur des « Damnés de la Terre » un anticolonialiste convaincu.

il disait ceci : » les nations européennes se vautrent dans l’opulence la plus ostentatoire. Cette opulence européenne est littéralement scandaleuse car elle a été bâtie sur le dos des esclaves, elle s’est nourrie du sang des esclaves, elle vient en droite ligne du sol et du sous-sol de ce monde sous-développé. Le bien-être et le progrès de l’Europe ont été bâtis avec la sueur et les cadavres des nègres, des arabes, des indiens et des jaunes. »

Oui je suis désormais fanonien et donc anticolonialiste et je ne suis pas passé à l’AGEG, j’ai fait mon apprentissage politique avec Édouard Chammougon !!!

Autre parcours celui de la présidente du Conseil Général :

Josette Borel Lincertin* (JBL) qui é été prof de maths puis, proviseure a côtoyé Yvon LeBorgne, (prof de philo décédé en 2001) elle considère qu’a un moment de sa vie, elle a été proches des idées nationalistes…

Citation* lors du 16ème congrès des élus :

« Le pari que nous étions prêts, un peu plus de 6 ans après le dernier congrès en date - le 15 mars 2013 - à discuter de nouveau entre nous, de manière apaisée et constructive, de ces matières complexes et passionnantes qui ont, tant de fois par le passé, compliqué et passionné notre débat public.

Le président de Région a fait avec moi ce pari et je veux l’en remercier.

Ensemble, nous avons cherché à créer les conditions d’un débat serein et responsable sur la gouvernance de notre territoire autour de la notion de d’Anticolonialisme » 

Donc les 2 présidents des assemblées majeures sont (selon CCN*) des anticolonialistes conséquents. On pourrait même et sans crainte y ajouter Olivier Serva, puisqu’il est le très proche parent de Raoul Cyrille Serva, ce philosophe nationaliste patriote guadeloupéen (décédé en 2002) qui a tant dit et écrit sur « le sens du pays « auteur d’une thèse de doctorat sur la « révolution nationale démocratique », sans aucun doute l'ouvrage de chevet d’Olivier Serva.

Ce dernier comme Chalus ou JBL est aussi un vrai anticolonialiste. Une fois cela posé, et admis (?), on s’aperçoit que l’anticolonialisme est dans le quotidien de nos politiques, c’est leur doctrine, leur référence idéologique, sans nul doute, ils se feront les chantres de cet anticolonialisme. Aux prochaines élections, cantonales, ou régionales, ils pourront sans crainte aucune sortir le drapeau de l’anticolonialisme et ainsi aider notre peuple à, faire le pas décisif, pour s'arracher définitivement de la nuit coloniale : qui l’eut cru ?

 

NB. *Les citations de Chalus ou de Borel sur l’anticolonialisme sont de vrais fake news, volontairement « arrangés » pour les besoins de l’édito ! mieux vaut en sourire…

 

 

 

 

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires