Imprimer cette page

Coronavirus et Réparations : Bernard Hayot plus efficace que Macron, qu’A. Chalus, qu’A. Marie- Jeanne, que R. Alexandre etc… ?

08 Avr 2020
5166 fois

Pour la classe politique des dernières colonies françaises, c’est une vraie claque. Le Groupe Bernard Hayot (GBH) a décidé de distribuer des centaines de milliers masques en Guadeloupe, en Martinique et à la Réunion.

Rappel A: Au lendemain des 44 jours du LKP, grâce aux 200 euros arrachés de haute lutte par les organisations syndicales et autres, le peuple, n’écoutant que peu les « recommandations » d’Elie Domota, se précipitait dans les rayons des hypermarchés du Groupe Bernard Hayot. C’était en 2009.

Rappel B: 3 décennies avant LKP, l’État colonial et ses représentants en Guadeloupe et en Martinique ont accordé à des latifundistes békés tels que Laurent de la Garrigue l’autorisation de vente du Chlordécone, « malgré son retrait prononcé sur la base du code de la santé publique le 1er juillet 1990 (« cf. Chronique d’un empoisonnement annoncé » L. Boutrin, R. Confiant L’Harmattan / 2007). Ce n’est que vers 2002 que les Guadeloupéens et Martiniquais apprendront que nos sols sont pour des siècles impropres à l’agriculture et que plus de 95% des habitants de ces colonies sont empoisonnés.

Le pouvoir colonial et les békés sont, on le sait aujourd’hui, les principaux responsables de ce qui doit être considéré comme un crime d’état. Les politiques des colonies absents et muets, n’ont eu que des réactions très tardives. Tro ta maré yo !

En pleine pandémie coronavirus, la réalité dépasse la fiction. L’État français, dont le bricolage, l’amateurisme, voire l’irresponsabilité dans la gestion de la crise ont déjà été démontrés se fait « doubler » par GBH. Car on l’a dit, Josette Borel Lincertin, Présidente du Conseil Général, Ary Chalus Président de Région, mais aussi Éric Jalton président de Cap Excellence, ont fait la démarche de commander des masques ... (NDLR : au moment où nous publions  cet édito, le 8 avril pas le moindre masque à l’horizon).

C’est donc Hayot qui se substitue à nos politiques et devient pour la circonstance LE sauveur. Ce même Hayot qui avait les semaines avant fait produire des hectolitres de solution  hydro-alcoolique .

Notre réalité est encore bien là, dans la Colonie, c’est le "Géreur" qui fait l’orage (Chlordécone) et le beau temps (masques).

Que dire de cette démarche ? comment la caractériser ? A priori elle n’est pas même commerciale puisque ces masques seront distribués ! À la limite c’est de l’humanitaire.

Mais cette action, toute dénuée, qu'elle est d’un caractère commercial, indique bien que face à cette crise, un État qui se montre impuissant, une classe politique en grande difficulté. Le « maitre » béké sait occuper le terrain laissé vierge ou presque…. Mais cette initiative prise est à mon sens une façon aussi de "contribuer" positivement dans un domaine concret aux torts causés par l’empoisonnement engendré par le chlordécone. Hayot peut-il ainsi essayer de faire pardonner le crime commis par ses amis békés ? Tout comme François Hollande qui laissait entendre que la création en Guadeloupe du "Mémorial Acte" peut être considéré comme faisant partie des " Réparations" post coloniales. (Sic) .

Les békés iront -ils jusqu'à penser (et dire) que les masques de Hayot sont pour eux une forme de "Réparations" post chlordécone ?

Et puis, pire du pire, GBH ne peut ignorer que si par malheur 30.000 des colonisés (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion) mouraient du Covid-19, parce qu’ils n’ont pas été « (bien) protégés », ce sont autant de consommateurs qui seraient perdus pour les hyper marchés GBH.

Est-ce à dire que le cynisme ait été poussé jusqu'à ce niveau ?

Essayons de ne pas le croire, mais là j’ai vraiment du mal..

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet élément
(16 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Dernier de Danik I. Zandwonis