Guadeloupe. Médias. Jocelyn Durizot (UJMG) : "Nous ne sommes pas dans une dictature."

14 Fév 2017
851 fois
Jocelyn Durizot, President de l’UJMG Jocelyn Durizot, President de l’UJMG

Capesterre Belle-Eau. Mardi 14 février 2017. CCN. 2 ans après sa création, avec plus de 50 membres venus de tout l’horizon médiatique, l’Union des Journalistes et Médias de la Guadeloupe (UJMG) est la principale organisation nationale de journalistes guadeloupéens. Au cours de la 2ème assemblée générale qui s’est tenue à Capesterre Belle-Eau, le président Jocelyn Durizot a laché un véritable scoop en annonçant la création avant la fin de l’année de la « Maison de la Presse », une institution qui sera au service exclusif de la profession. Les journalistes présents ont aussi et à l’unanimité, voté une motion de soutien à leurs confrères injustement pris à partie alors qu’ils étaient en reportage pendant l’affaire dite de la CASBT.

Enfin pour avoir déjà pris contact avec les présidents des collectivités majeures et d’autres personnalités, l’UJMG s’affirme comme étant un acteur incontournable et de poids dans le paysage politco-médiatique de notre pays.


Le discours du President de l’UJMG 

10assemblejournaliste

An kontan vwè zòt ! Une question aux augustes adhérents de l’UJMG ici présents. Dîtes-le moi. Pourquoi au fil des mois, nous sommes toujours si nombreux. Et surtout si heureux et tellement fiers, de se retrouver. Pourquoi sommes-nous si nombreux alors que nos supports médiatiques, nos lignes éditoriales, nos patrons, nos convictions, sont différents. Et que le marché si étroit et si concurrentiel, aurait dû nous opposer.

Nous sommes ensemble parce qu’à l’évidence ce qui nous rassemble est plus grand, plus important que ce qui nous divise. Nous sommes ensemble parce que l’amour que nous portons à notre métier, celui d’informer et de participer au bien vivre ensemble, l’exige ! Et que notre intelligence collective, doit être enfin mise au service de nos ambitions et de nos rêves. J’ai eu à le dire l’an dernier. Soyons résolument audacieux et confiants.  Une utopie est une réalité en puissance.  

L’utopie ne signifie pas chers confrères l’irréalisable, mais l’irréalisé. L’utopie est simplement ce qui n’a pas encore été essayé.  Faisons résolument nôtre cette pensée d’Erich Fried : « Quand une multitude de petites gens dans une multitude de petits lieux changent une multitude de petites choses, ils peuvent changer la face du monde. »

C’est dire chers confrères que si  nous sommes sur le chemin, nous n’avions pas encore atteint le bout du chemin ! Un rêve ne devient pas réalité au travers de la magie, ça demande de la sueur, de la transpiration, de la ténacité, de la vigilance, de l’ardeur au travail, de la constance, de la sagacité, des koudgèl et surtout de la cohérence. Nous sommes sur de bons rails. Car seul l’arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c’est dans cette lutte que ses racines, mises à l’épreuve se fortifient.

Je suis particulièrement fier, malgré nos faibles moyens, du travail de nos confrères, surtout dans les émissions interactives que je scrute au scalpel.

assemblejournaliste

Oui chers confrères nous vivons dans un monde panique. Notre métier est une tâche difficile. Oui, dans une démocratie devenue impolie, notre travail, notre fonction sociale, notre statut de contre- pouvoirs  dérangent des forces terriblement puissantes. Dont la finance (qui s’est appropriée les groupes de presse), les politiciens sans âme, la mal gouvernance, la bêtise et la médiocrité sans frontières.

Nous sommes ensemble parce que nous ne sommes pas dans une dictature, ni dans une démocrature. Mais dans une démocratie que nous souhaitons  moins tortueuse, moins truqueuse. Mais plus respectueuse. Avec comme pilier, la pluralité des opinions  soumise avec une éthique ! Et c’est là, notre responsabilité.

Nous sommes ensemble surtout pour ne pas perdre notre âme en cédant au ti favè, au ti chantaj, aux compromissions, ici et par là ! Sous peine d’être sanctionnés, mis à l’écart et punis. Ces terribles partenaires là, savent mieux que nous, la  fragilité de nos  entreprises de presse, avec des charges, des salaires. Ils savent, même s’ils n’en ont cure, que nos entreprises de presses et leurs salariés ont besoin elles aussi, d’aides et de soutien ! Doit-on pour autant nous laisser instrumentaliser, diviser, manipuler et in fine mépriser. Ne doit-on pas s’affirmer comme une institution à l’instar des autres pays, avec tous les égards et le respect que cela implique ? Cette voie est étroite. Semée d’embûches. J’en parle ici d’expérience. Si nos difficultés  semblent incommensurables. Elles ne sont pas insurmontables.

Croyons plus que jamais, en notre génie collectif. Soyons démesurément optimistes. Sans pour autant nous perdre dans des illusions. Croyez en vos rêves. Construisez votre légende ! Montrez vos crocs à ceux qui barrent votre soleil. Soyons unis, car l’homme seul est une chimère. L’homme seul n’existe pas !

 

Kalil Gibran a raison : « Lorsqu’un homme rêve seul, ce n’est qu’un rêve. Mais si plusieurs hommes  rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité ». En vérité, vous ne devez rien à quiconque. Vous devez TOUT à TOUS. La section Caraïbe de l’UPF que préside désormais Jean Claude RODES, comme l’UJMG, n’est pas un rêve, mais une réalité. Certes qui doit se parfaire. Redoublons nos efforts ! Si nous sommes sur le chemin, nous ne sommes pas à la fin du chemin.  Mais c’est vrai chers amis. Vaut mieux allumer une bougie que de maudire les ténèbres.

Je vous le dis. Soyez en fiers. Pour avoir côtoyé les plus éminents confrères et responsables politiques de la francophonie et visité bien des capitales, nos adhérents doivent être convaincus de leur immense talent et de leur contribution positive à la démocratie dans leur pays. La presse guadeloupéenne n’a rien à envier à la presse nationale et internationale, sauf les aides matérielles, logistiques, égards et prérogatives qu’on leur accorde. Halte au dénigrement et à l’auto flagellation !

Soyez-en convaincus. La prospérité d’un groupe est proportionnelle au degré d’entraide de ses membres. Je vous le dis. Il n’y a pas de malédiction programmé. Sachons tirer les leçons des échecs précédents. L’UJMG  n’est pas on konplo de plis, a nèg. E ki Pa jen kenbé. Pour changer le monde, changeons d’abord l’inacceptable en nous. Cela sera plus facile ensuite chez les autres !

Oui, l’homme seul n’existe pas !  Croyons donc en nos rêves et notre détermination pour que la presse guadeloupéenne soit mieux reconnue et surtout mieux respectée. Chez elle, dans la Caraïbe et dans le monde. D’où notre adhésion à l’Union de la Presse à côté de nombreux pays francophones et francophiles. Avec deux de nos représentants siégeant au comité international, RJC et votre serviteur. Mais comment ne pas féliciter ici, nos adhérents pour leur attitude et contributions, consistant à mieux nous faire connaître et à valoriser le pays de Guadeloupe lors de nos différentes assises à l’étranger. Comment ne pas saluer leur performance notamment encore, lors des assises à Madagascar. En donnant un éclairage avant, surtout pendant, et après les assises.

Je vous le dis. Visez toujours les plus hauts sommets, croyez en vos rêves chers amis. Je vous le confirme, même si vous les manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. Mais est-ce un gage de bonne santé chers confrères que d’être parfaitement intégré dans une société en grande souffrance et profondément à côté de son cri.

Ansanm ansanm, wi nou toujou pli fo !

WI  an kontan zòt. Décidément, sé konsa mwen enmé zanfan péyi la !

Woulo, pour  L’UJMG ! Vive la section-Caraïbe de l’UPF !

Chers amis pour cette ambition certes insolente pour certains, voire utopique pour d’autres, mais qui vous porte et vous honore,

 

Jocelyn Durizot  

Membre du comité international de l’UPF,

Président de l’UJMG,

Doyen des rédacteurs en chef de la Guadeloupe

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Memorial ACTe before opening !