Breaking News

Guadeloupe. Polémique. Entre Guy Lafages et Luc St Eloy c’est le grand chiraj !

16 Oct 2020
1125 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 16 octobre 2020. Et voilà que « L’impossible Procés » pièce écrite par Guy Lafages (édition Lharmattan) et mise en scène en Martinique et en Guadeloupe, par Luc St Eloy devient l’objet d’une vive polémique au moment même où une tournée devait débuter en France.  Dans l’interview qu’il a accordé à CCN, Guy Lafages prend de très sérieuses distances avec Luc St Eloy, qui ne l’aurait pas informé de cette tournée. Par ailleurs, le metteur en scène a aussi mis en cause la Région Guadeloupe à propos d’une demande de subvention qu’il n’aurait pas (encore) obtenue. Interrogé sur cette question dans le #ZCLNEWS Jean Claude Nelson le conseiller régional en charge de questions culturelles, n’a pas hésité à ouvrir le dossier des aides déjà accordées à St Eloy !

CCN. Que se passe-t-il avec Luc St Eloy ?

Guy Lafages (GL). Tout vient d'un reportage du journal TV de Gpe 1ère du dimanche 11 octobre. Luc Saint-Éloy accuse la Région Guadeloupe de ne pas l'aider dans le cadre de sa tournée actuelle, en France. Réaction immédiate des services du cabinet du président de région, et qui c’est qu'on appelle ? Moi.

CCN. Quel contrat existe-t-il entre nous ?

GL. Je parlerai d'un contrat moral, puisque justement, il n'y a aucun contrat entre lui et moi. C'est moi qui ai contacté Luc, par l'intermédiaire d'un ami commun. Au départ, je souhaitais qu'il soit dans la distribution. Lui, il avait sonjé à la mise en scène. Mon manuscrit était déjà chez l'éditeur qui l'avait accepté. Mais, mon souci d'être complet me faisait travailler encore sur quelques aspects accessoires : je voulais absolument que figurent les dates de naissance et de décès de tous les protagonistes (pour ceux qui l'étaient évidemment). Ainsi en devenait-il le metteur en scène. C'est là, du reste, une pratique des plus courantes. Donc pas de contrat ! Ma seule préoccupation était de voir cette pièce  montée pour la date anniversaire de ce procès, c'est à dire 2018.

CCN. Pourquoi cette polémique ?

GL. Je crois que c’est à Luc Saint-Éloy d'y répondre. Tout ce que je peux dire, c'est que je n'ai plus aucun contact avec lui depuis mai 2019, c'est à dire lors de la seconde soirée de la représentation de la pièce à la salle Félix Proto des Abymes, dans le cadre de Cap Excellence en théâtre. J'en garde un souvenir plutôt amer, car il me signifia n'avoir qu'une seule place pour moi et je devais choisir mon jour : vendredi ou samedi ! Il m'importe en tant qu'auteur de voir jouer les acteurs et surtout d'entendre les réactions des spectateurs. Je n'en étais plus à une indélicatesse...

CCN. C’est une question financière mal gérée ?

GL. Je dirais oui ! J'ai la faiblesse de lui accorder 50% de mes droits. Cela voudrait dire qu'il a écrit la pièce avec moi et ce, pour moitié ! Je rappelle que "L'impossible procès" c'est une pièce de théâtre (un livre) édité chez L'Harmattan. Toute pièce de théâtre éditée fait l'objet d'une adaptation de la part de tout metteur en scène. Qu'il ait eu à le faire ne signifie pas qu'il acquiert des droits d'auteur. C'est une négociation qui doit se retrouver dans le contrat d'exploitation. Ce n'est pas à deux ou trois semaines de la création, dans l'urgence qu'il s'agit de négocier. On fait tout pour faciliter la création.

CCN. Le texte est le vôtre et la mise en scène est de Luc St Eloy, c’est cela le fond du problème ?

GL. Le texte m'appartient ! Je dirais que la version théâtrale du récit reprenant les minutes du procès dont le titre est précisément "Le Procès des Guadeloupéens - Dix-huit patriotes devant la Cour de sûreté de l'état français ". C'est de ce récit, et quantité d'autres sources dont les journaux de l'époque que j'ai tiré mon travail. D'ailleurs le titre lui-même "L'impossible procès" vient d'un article de Daniel Guérin de "L'Humanité dimanche". Alors quand je vois Luc Saint-Éloy déclarer que je lui ai fourni un texte "inadaptable", je suis blessé... C'est donc son génie créateur qui a fait de "L'impossible Procès" ce qu'il est... C'est aussi pourquoi il aura attaché un soin narcissique à avoir partout sur les visuels son nom écrit en gros et en gras, tandis que moi, l'auteur dont le travail vaut pour être négligeable, je devrais être heureux de voir mon nom en caractère simple. - Comme par hasard, ce "petit détail" aura été corrigé pour la tournée en France.

CCN. Avez-vous été informé de cette tournée en France ?

GL. C'est sur les réseaux sociaux que j'ai appris la programmation du spectacle en France. Vu toutes les difficultés que rencontre l'exploitation de la pièce. Vu que sur les premières représentations (Martinique & Guadeloupe), ayant ramené plus de 3000 personnes à raison de 25€ en moyenne la place - ce sont là des questions à poser ! - Vu que j'ai reçu 0,44 centimes d'euro, ce qu'il est censé avoir lui-même gagné. Je ne vois pas l'intérêt de poursuivre l'exploitation de la pièce par le TAN (Théâtre de l'Air Nouveau)

  

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires