Breaking News

Bannière COVID19

Guadeloupe. Politique. La Bataille de Basse-Terre, Tout sauf Penchard ?

01 Jui 2020
1706 fois

Basse-Terre. Capitale. Lundi 2 juin 2020. Dans le long communiqué qui circule sur les réseaux. Le maire actuel de Basse Terre, Marie Luce Penchard, (MLP) résume la bataille du second tour des municipales par cette phrase : « Ceux qui au 1er tour se déchiraient les voilà subitement ensemble avec comme seul programme, un slogan : Tout sauf Penchard ». Car André Atallah (PS) son opposant sorti en tête avec quelques dizaines de voix au 1er tour a réussi, l’impossible et l’incroyable exploit politique en rassemblant sur sa liste : Brigitte Rodes (gauche sans étiquette) et surtout Sonia Pétro (LR) connue en Guadeloupe comme l’ultime passionaria de la vielle Droite sarkozienne. C’est donc un vrai face à face voire même un terrible duel qui opposera MLP à André Atallah (AA) : Qui peut gagner ? Qui va gagner ?

Alors qu’au 1er tour, Lucette Michaux-Chevry (LMC) retraitée politique s’était faite plutôt discrète, il suffit de faire un petit tour dans la capitale pour se rendre compte que pour ce second tour, LMC a décidé de peser de tout son poids dans cette bataille qui s’annonce très rude. L’ex-maire a donc décidé de tout mettre en œuvre pour sauver le fauteuil qu’elle avait confié à sa fille.

Ainsi pendant la période du confinement MLP, qu’on disait très distante vis-à-vis de son électorat, s’est attachée à faire du terrain : des masques, des paniers-pays offerts par la Région, ont été ainsi distribués dans la plupart des quartiers populaires de la ville : le porte à porte intensif entrepris par MLP portera-t-il ses fruits ? Pour l’heure, il est très difficile de répondre à cette question.

MUNICIPALES DE BT

Dans le même temps, André Atallah (AA) très occupé à gérer jour après jour le « grand rassemblement unitaire », dont il rêvait d’accomplir a peut-être été moins présent sur le terrain. Car il lui fallait convaincre, à la fois Brigitte Rodes et Sonia Pétro et cela n’a pas été une petite affaire. En additionnant les voix de B. Rodes (594 suffrages) et celles de S. Pétro (554 suffrages), sur un plan strictement comptable, Atallah remporterait largement cette élection, puisqu’il avait dès le 1er tour rassemblé sur son nom 1170 suffrages contre 1124 suffrages pour MLP. Sauf que le report des voix des deux ex-candidates peut ne pas s’opérer comme souhaité.

 

Question :  L’électorat de Sonia Pétro plutôt ancré à droite acceptera-t-il pour une fois de se renier et de voter pour un candidat socialiste ?   L’autre grande inconnue de ce second tour ce sera sans doute la mobilisation des Basse-Terriens lors de ce scrutin. Au 1er tour la participation n’était que de 41% ce qui signifie que pas plus MLP qu'Atallah, n’avaient pas réussi à faire le plein de leurs soutiens. Les conditions toutes particulières, post-covid, de cette élection du 28 juin peuvent aussi contribuer à fausser le résultat final.

 

Ce second tour sera en effet très différent du 1er, car entretemps il y a eu la pandémie, confinement et déconfinement et les dispositions sanitaires prises par le gouvernement français, pour le vote du 28 qui ont considérablement mofwazé les règles d'une campagne qui se fera pratiquement sans meetings.

C’est donc une campagne basée sur le porte à porte, la communication numérique-digitale qui se déroulera au cours des 3 semaines du mois de juin. L’unique avantage réside dans le fait qu'elle sera plus longue que la précédente, près de15 jours. Les deux adversaires devront donc revoir totalement leur stratégie et leur manière de mener campagne.

Marie Luce Penchard que CCN a rencontré s’est montrée à la fois très confiante et très critique à l’égard de ses adversaires.

CCN. Comment voyez-vous ce second tour ?

Marie-Luce Penchard. Avec l’équipe qui m’entoure nous restons confiants, parce qu’en politique l’addition de têtes de liste ne fera pas une liste, on voit bien qu’il s’agit là d’une coalition contre nature et pendant tous ces mois les Basse-Terriens nous ont témoigné leur confiance, et je suis convaincue qu’ils sauront faire la part des choses, entre ceux qui comme moi veulent vraiment un projet pour cette ville, et je me dis qu’à un moment donné, la raison va l’emporter car ce qui importe, pour les mois à venir c'est que nous ayons une équipe qui soit proche des Basse-Terriens, et je l’ai montré pendant le confinement, car après cette crise sanitaire, on va vers une crise économique et sociale. Nous avons donc besoin d’être aux côtés de notre population pour soulager leur souffrance et de faire des actions indispensables pour que BT redevienne une ville où il fait bon vivre ensemble et surtout que ce soit un territoire sans haine, sans esprit de revanche, un territoire de paix de confiance et d’amour ».

La tonalité est très différente chez Sonia Petro, qui semble au travers de son propos, être sur le point d’abandonner son ancrage à Droite et d’évoluer vers une posture plus "Guadeloupéenne".

Va-t-elle à l’issue de ce second tour, quelle espère gagnant et de son rapprochement vers la gauche profiter pour abandonner définitivement l’étiquette de Droite qu'elle a porté des années durant ? c’est le sentiment qu’elle a laissé percer au cours du bref entretien qu’elle a accordé à CCN.

CCN. Le second tour sera comment ?

PHOTO 2020 06 01 00 17 35Sonia Pétro (SP). « En dépit de la pandémie, beaucoup de Basse-Terriens se sont déplacés pour voter et quand on fait le total de toutes les listes d’opposition près de 7O% des lecteurs ont manifesté une envie de changement... »

Quand nous lui avons demandé si comme Brigitte Rodes elle avait rejoint la liste Atallah, sa réponse a été sans ambiguïté aucune.RODES

SP.  « Il y a eu des négociations pour aboutir à une union : une union au-delà des partis. Parce que dans une élection municipale c'est toute autre chose qui se joue à Basse-Terre, notre Ville est dans un état de coma avancé, nous avons là une population qui a perdu tout espoir je pense que les basse-terriens, les citoyens qui se sont engagés dans cette élection veulent un changement, donc il appartient à ceux qui disent aimer BT comme moi de prendre des décisions, donc j’ai réuni mon groupe. On a beaucoup discuté, avec Brigitte Rodes et André Atallah et les choses se sont décantées…

CCN. Votre lectorat passera de la Droite au PS ?

SP. Je ne suis pas sûre qu’à Basse-Terre que ce soit un électorat de droite qui a porté ses suffrages sur ma liste, ce sont des personnes qui ne supportent plus de voir leur ville dans cet état et qui se sont reconnues dans le projet porté par notre liste. Ce n’était pas une élection de parti, je n’avais pas d’investiture de mon parti, (LR). Ma liste est une liste citoyenne car les problèmes de BT ne sont ni de droite ni de gauche. 

 

Que devient l’électorat de LMC ? 

La bataille de Basse Terre risque d’être plus compliquée qu’une simple addition de chiffres et de têtes de listes. Pour gagner André Atallah, à qui on reproche de n’être pas assez proche des Basse-Terriens, devra à l’instar de la MLP du confinement faire la preuve du contraire. MLP qui elle avait « hérité » du mandat et de l'élection de sa mère en 2014, pourra- t-elle en la circonstance faire le plein de ce qui subsiste de l’électorat potentiel LMC dans la Capitale ?

Doit-elle, elle aussi faire la preuve de sa liaison organique et de son attachement au peuple Basse-Terriens ? On le voit les deux adversaires partent chacun avec des handicaps. Autant dire, que le pronostic sur le « winner » s’avère pour l’heure encore très incertain.

 

DZ

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires