Breaking News

Guadeloupe. Politique. Ary Chalus : «Notre défi, agir et penser Guadeloupe »

06 Déc 2018
605 fois

Basse-Terre-Capitale. Jeudi 6 décembre 2018. CCN.  La question de la SEMSAMAR a fait l’objet d’une motion de soutien (voir ci-dessous) proposée par Guy Losbar et voté à l’unanimité : Chalus compris. Le président de Région n’avait guère d’autre choix ! Pour être complet, CCN publie l’intégrale du discours  prononcé par  Ary Chalus en ouverture de-là dernière plénière de l’année.  Le PDR  dresse ici un bilan quasi exhaustif des actions menées  par la collectivité.  Il faut cependant rappeler que le mot d’ordre actuel de Chalus « Agir et penser Guadeloupe », rappelle en bien des points  un autre que les nationalistes  de l’UPLG  avaient lancé  au milieu  des années 80 : « oser agir et penser en Guadeloupéen »

 

1/ Réduire la fracture sociale

Une société plus équitable et plus juste. Une société construite sur une volonté unique : celle de faire fructifier et de partager le bien commun, au profit de tous. Cette volonté n’a cessé de m’animer au cours de ma carrière politique. C’est cette volonté qui a su convaincre les Guadeloupéens de nous accorder leur confiance. Et peu importent les circonstances, Mesdames et Messieurs, peu importe la nature des divergences exprimées ou restées muettes, la volonté d’une société plus juste est celle qui m’habite et qui doit, chaque jour, chaque seconde, guider notre cheminement politique. Réduire la fracture sociale, lutter pour le pouvoir d’achat ; des revendications légitimes. Des revendications populaires auxquelles les responsables politiques ne peuvent rester sourds. À l’heure où des centaines de milliers de citoyens désabusés, prennent d’assaut les rues de la capitale et des provinces, … la situation explosive que nous vivons doit en effet pousser chaque Guadeloupéen à se sentir concerné, parce que construire un meilleur avenir est une responsabilité partagée. La levée des mouvements populaires nous rappelle que faire de la politique, c’est avancer main dans la main, au rythme de nos compatriotes. Faire de la politique, c’est être au plus près de la population, à son contact, à l’écoute des revendications des Guadeloupéens. Faire de la politique c’est faire pour, c’est faire avec. Ce leitmotiv est au cœur de nos préoccupations et de toutes les stratégies que nous élaborons depuis maintenant trois ans dans l’ensemble des domaines d’actions qui sont conférés à la Région. Résoudre l’équation qui consiste à faire plus et mieux avec de moins en moins de moyens financiers, est le challenge que nous devons relever aujourd’hui, en ces temps de restrictions budgétaires et de rationalisation de la dépense publique.

Ce mouvement de fond, c’est encore accentué depuis la signature des conventions Cahors. Nous devons être responsables ! 

 

2/ Notre défi est d’agir et penser Guadeloupe

Prendre à bras-le-corps les grandes questions qui agitent notre actualité, y apporter des réponses viables, sans démagogie, sans obérer notre avenir. Et c’est là que réside notre rôle : affirmer notre identité en créant les conditions optimales à l’émergence de la Guadeloupe de demain, décomplexée assumant sa place dans la Caraïbe et dans le Monde, en construisant sereinement notre avenir sur nos propres atouts. Les difficultés que rencontre notre pays nous obligent à un discours responsable. Tout ce qui n’est pas fait de manière cohérente et concertée entre tous les acteurs, résulte fatalement de l’éparpillement.

Cette approche doit avant tout traduire notre volonté commune d’améliorer les conditions de vie des Guadeloupéens. Cette approche est la nôtre, car on ne peut changer d’avenir sans une vision collective. Construire sereinement la Guadeloupe c’est, à notre niveau, promouvoir une « Région Stratège ». C’est bien plus sur notre capacité à impulser au sein de la société guadeloupéenne une dynamique collective, que dépendra notre réussite ; en coconstruction avec les collectivités locales qui bénéficieront de 235 millions d’euros de subventions régionales d’investissements sur les 3 prochaines années. Construire sereinement la Guadeloupe c’est promouvoir les projets qui contribuent à restaurer l’équité territoriale, à rendre notre Région attractive, à accroître notre compétitivité et à œuvrer à l’épanouissement des Guadeloupéens. Avec la loi Égalité et Citoyenneté du 27 janvier 2017, la Région est chef de file de la coordination des politiques territoriales pour la jeunesse. J’ai donc entrepris la réflexion pour la mise en œuvre d’un programme d’actions en faveur de la jeunesse guadeloupéenne : Ce Plan Action Jeunesse sera développé au cours de l’année 2019 et concrétisera notre ambition. Le défi consistera à accompagner les initiatives portées par les jeunes guadeloupéens, à renforcer la structuration de leurs projets et leur donner de la visibilité. Nous devons leur donner les moyens de s’inscrire, sans complexe, dans cette compétition mondiale. Agir et Penser Guadeloupe, c’est aussi Optimiser le potentiel de notre économie ! Élaborée en concertation avec les partenaires institutionnels, la stratégie régionale d’innovation de la Guadeloupe décline le plan d’actions visant à stimuler l’innovation sur le territoire. Parmi les opérations majeures de cette stratégie réside la mise en place d’une technopole, intermédiaire incontournable d’un écosystème de l’innovation qui se veut performant et opérationnel. Dans la poursuite des dispositifs déployés en 2018 tels que le réseau régional d’innovation ou le chèque Innovation, 2019 sera dédié à la mise en place de la technopole de services et la pose des nouvelles composantes du parc technopolitain de Morne Bernard. Ce travail concerté avec les membres du réseau de la recherche et de l’innovation répondra à une logique d’équité territoriale et de mutualisation des moyens. Parallèlement, la collectivité, en concertation avec les EPCI, propose des sites d’expérimentations à des entreprises innovantes afin qu’elles valident leurs produits. Ces expérimentations seront autant de vitrines et espaces de démonstrations susceptibles d’attirer des financeurs et des talents, rendant ainsi l’innovation plus accessible à tous

La Région Guadeloupe a organisé la semaine dernière, en partenariat avec le RETIS - réseau français des professionnels de l’innovation- un séminaire sur le parcours de pré-qualification du Label Technopole. La collectivité travaille activement pour inscrire l'innovation comme pilier de notre développement en contribuant à l’émergence d'activités nouvelles et à forte valeur ajoutée. C’est pourquoi elle souhaite faire reconnaître son projet et être labellisée Technopole par le réseau RETIS au premier trimestre 2019. Et notre approche porte déjà des fruits `

Le lundi 19 novembre 2018 à l’incubateur Station F à Paris, la Guadeloupéenne Cécile Thuault fondatrice et présidente de Softbridge Technology, jeune startup guadeloupéenne, a été gratifiée du prix "Innovation e-commerce " à l’occasion de la 4e édition de la Soirée Innovation Outremer. Cette soirée, dédiée à la rencontre des entrepreneurs innovants d'Outre-Mer, est organisée par Outremer Network et s’est tenue en présence de Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique. 

 

3/ Incubation

De la pépinière d’entreprises innovantes Audacia à Baie-Mahault hier, à la Station F à Paris aujourd’hui, Softbridge Technology réalise une belle progression et prouve une nouvelle fois tout le potentiel d’innovation des start-up locales. La Région Guadeloupe est très satisfaite de son partenariat avec la structure Outre-Mer Network présidée par Daniel Hierso, qui garantit aux pépites ultramarines et singulièrement guadeloupéennes une meilleure visibilité ainsi que l’incubation à grande vitesse dans le plus grand incubateur européen Station F. C’est aussi de bon augure pour les autres start-up issues de la pépinière d’entreprises Audacia , dans le cadre de la préfiguration de la Technopole Audacia Caraïbes du Morne Bernard à Baie-Mahault.

Valoriser nos atouts, notre potentiel maritime, notre potentiel végétal, donner une véritable impulsion aux acteurs pour un développement dynamique, compétitif du territoire en mesure de rivaliser avec une concurrence caribéenne. En première ligne, l’activité touristique pour laquelle nous poursuivrons encore en 2019 en collaboration avec le CTIG, la structuration et la diversification de l’offre afin de répondre à une clientèle internationale de plus en plus exigeante. Cela s’est concrétisé par un investissement soutenu en direction d’événements internationaux tels que la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, le Rallye des Îles du Soleil qui ont drainé une clientèle internationale battant tous les records ! C’est ce que nous avons magistralement démontré à Saint-Malo : en exposant l’excellence de nos savoirfaire culinaires, artisanaux, culturels et sportifs ! La modernisation de l’aéroport Pôle Caraïbes prévue dès 2019 augure un avenir prometteur, notamment pour l’objectif « 2020 : 1 million de touristes, 1 milliard d’euros » qui promet d’ores et déjà d’être atteint dans les temps impartis. Premier Projet du « Plan Juncker » dans les Antilles Françaises, suite à la signature, ce lundi, de la Convention de Prêt BEI - Société Aéroportuaire Guadeloupe Pôle Caraïbes, la modernisation de l’aéroport répond à notre objectif d'augmentation du nombre de visiteurs dans notre archipel. C’est le premier succès d’une démarche, inscrite dans notre programme politique, et que nous souhaitons renforcer. Mettre ces nouveaux outils financiers à la disposition des secteurs prioritaires : numérique, transition et efficacité énergétique, transports durables, financement des PME. D’ailleurs, cette signature s’est accompagnée, le même jour, de la signature d’une convention entre les Caisses régionales de Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe et de Martinique-Guyane et la BEI (Banque Européenne d’Investissement) au profit du financement de nos entreprises

 

4/ La formation

La Région Guadeloupe reste engagée pour garantir, à tous les Guadeloupéens, l'accès à une formation tout au long de la vie et à une certification professionnelle, y compris par l’alternance et la validation des acquis de l’expérience. Le 14 septembre, nous avons signé avec l’État, le Département et les organisations patronales de la Guadeloupe (l'UDE-MEDEF, la FTPE, la CPME et l'AMPI), le renouvellement du Pacte de Responsabilité et de Solidarité pour l’Emploi des Jeunes en Guadeloupe.

Pour cette opération, la participation de la Région s’élèvera à 15% du SMIC brut maximum par contrat soit plus de 450 000€. Et pour cette année 2018, ce ne sont pas moins de 59,5 M€ qui ont été dédiés à la Formation Professionnelle, à l’Apprentissage et à l’Emploi. Nous sommes engagés à amplifier la démarche qualitative de nos dispositifs régionaux notamment dédiés à l’insertion. Dans une démarche fondée sur une concertation étroite avec les structures d’insertion et les entreprises, nous accompagnons l’insertion par l’activité économique en aidant la structuration et la consolidation du secteur de l’économie sociale et solidaire pour l’insertion des publics en difficulté. Dans le prolongement de la signature, le 12 juillet 2018, de la Convention d’agrément de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire des îles de Guadeloupe entre l‘État, la Région Guadeloupe et le Département, nous avons fait de l’ESS un levier supplémentaire de croissance pour la Guadeloupe, comme l’atteste la rencontre, le 10 septembre 2018, sur le site d’exploitation de l’association Verte Vallée à Vieux-Habitants, des acteurs de l’insertion par l’activité économique. Parmi les actions envisagées : la constitution de groupements d’employeurs et salariés en insertion par le renforcement de l’accompagnement social et professionnel et la mise en place d’un transport solidaire. Optimiser le potentiel de notre économie s’étend indéniablement à la valorisation de nos ressources naturelles. C’est dans cette dynamique que nous avons signé les premières conventions LEADER avec la CANGT et la CCMG. 

 

5/ Lizin Santral

C’est aussi le sens du projet Lizin  sentral à Anse-Bertrand ; plateforme de transformation des produits agricoles bruts vers des produits finis de première, deuxième gamme commerciale. Cet atelier desservira ensuite les cuisines centrales et par là même les structures sociales et scolaires du territoire. Il faut investir le marché des cuisines centrales et en cela notre région se devait d’agir. Le projet global s’élève à 8 millions dont plus de 5,500 millions d’euros priorisés par la collectivité régionale

Avec le MIR, (Marché d’Intérêt Régional) pour une meilleure compétitivité de l’agriculture guadeloupéenne et une meilleure organisation de la production, de la distribution et la commercialisation de celle-ci, le projet Lizin Santral s’inscrit parfaitement dans ce triptyque : rééquilibrage-attractivité-économie verte, fondement même de notre programme politique. Une agriculture durable, respectueuse de l’environnement capable de procurer à la Guadeloupe et à ses habitants une autosuffisance alimentaire. Et dans le même ordre d’idées nous finalisons l’organisation du secteur en mettant à la disposition des organisations syndicales et interprofessionnelles agricoles, dès cette fin d’année 2018, de nouveaux locaux pour enfin concrétiser la Maison Régionale des Organisations Professionnelles de l’Agriculture et de la Pêche, attendue par les agriculteurs depuis des décennies. Nous vivons dans un archipel qui dispose d’une biodiversité exceptionnelle ! La préservation de notre biodiversité est l’affaire de tous

 

6/ La biodiversité

Aussi, la Région Guadeloupe, l’Agence Française de la Biodiversité et l’État ont décidé de passer à la vitesse supérieure. La signature de la convention de préfiguration de l’Agence Régionale de la Biodiversité renforcera notre  ingénierie territoriale :

• Pour une meilleure appropriation, par tous, de notre biodiversité et de l’enjeu de sa préservation.

• Pour une gestion efficiente des risques et de mise en œuvre de la maîtrise des impacts des activités humaines sur notre environnement.

Nous assumons ainsi l’ambition de refonder, dans notre archipel, le lien entre l’homme et la nature  

Nous souhaitons une société guadeloupéenne plus généreuse, au-delà d’un égalitarisme de façade, qui  lutte contre toutes les formes d'inégalité.

Faire du handicap, un enjeu d’égalité des chances pour tous.

Car oui ! Aux côtés des associations les collectivités doivent prendre toutes leurs parts de responsabilités !

Car ne nous trompons pas : l’exclusion des personnes en situation de handicap reste une triste réalité.

Nous devons donner l’exemple !

Nous avons engagé plusieurs chantiers singuliers en ce sens :

- le 1er forum régional handicap emploi, en octobre 2017, pour favoriser davantage de solidarité et de justice sociale pour une meilleure inclusion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap.

- la semaine régionale de la Formation Professionnelle et de l’Insertion, dédiée au recrutement des personnes.

- le Handiday , cette manifestation qui s’inscrit dans la politique régionale que nous avons souhaité porter en faveur du sport et de la santé et ainsi ériger le sport et l’activité physique comme de véritables vecteurs de cohésion sociale et ainsi gommer les préjugés relatifs aux situations de handicap.

- la Route du Rhum Destination Guadeloupe ou l’association Handidéfis était l’invité de la Région Guadeloupe sur les villages départ et arrivée afin de rendre cette manifestation accessible à tous, faire la promotion du sport et apporter un regard clairvoyant sur le handicap.

Mes chers compatriotes, notre patrimoine humain, la Culture et les Arts, font également partie intégrante de notre façon de penser et d’agir Guadeloupe.

Notre modèle de développement ne peut se penser qu’à travers son ouverture sur le monde et notamment notre intégration à notre environnement immédiat.

 

 7/ L’OECO. 

La procédure de négociation en vue de la signature d’un accord d’adhésion OECO – Région Guadeloupe arrive à son terme.

Le gouvernement a en effet donné son accord à l'adhésion de la Guadeloupe en qualité de membre associé à I'OECO.

Cela sera de nature à renforcer le positionnement de la Guadeloupe au sein de son bassin régional, aux côtés de la Martinique, déjà membre associé depuis le 4 février 2015.

Un des objectifs que nous nous sommes assignés pour cette mandature est de contribuer à la construction d’une mémoire collective.

C’est le sens du cycle d’hommages à des personnalités marquantes de notre histoire et aussi, de la commémoration de dates référentielles permettant d’apporter des connaissances à nos concitoyens.

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’hommage à Dany Bébel-Gisler qui, après des études brillantes et un parcours remarquable, est revenue dans son île natale en 1975 pour y animer trente ans durant, la vie éducative et culturelle aux côtés du Père Chérubin Céleste et des travailleurs agricoles.

À travers le projet d’une école alternative Bwa Doubout’, Dany Bébel-Gisler a mené le combat sur le front du créole et de la recherche d’écritures pour expliquer aux enfants l’histoire de l’esclavage ou la migration

À considérer tous ces combats, Dany Bébel-Gisler incarne résolument l’engagement assumé en liant inextricablement son destin à l’affirmation de notre riche identité. Pour lui exprimer notre gratitude, nous vous avons invité à l’honorer tout le long de l’année 2018. Vous l’aurez compris mes chers compatriotes, Agir et Penser Guadeloupe c’est intégrer que la conquête d'un avenir meilleur est l’affaire de tous ! Œuvrer pour une société prospère parfaitement en harmonie avec son environnement, Une société libérée qui, au lieu de brider les imaginations, leur offre des possibilités concrètes de s’exercer, Une société responsable qui s'appuie sur ses potentialités et s'ouvre sans complexe à son environnement caribéen. Une société résolument Guadeloupéenne, en pensée et en actes ! La Guadeloupe compte sur nous.

Motion CR amendée

Le Conseil régional de la Guadeloupe, réuni en séance plénière le mercredi 5 décembre 2018,

après avoir pris connaissance de l’ordre du jour de la réunion du Conseil Territorial de Saint-Martin prévue le 13 décembre 2018 qui prévoit, dans son projet de délibération n° 8 dont l’objet est « Evolution de la gouvernance de la SEMSAMAR », d’accorder l’autorisation à M. Yawo NYUADZI, actuel deuxième vice-président de Collectivité de Saint-Martin et Président du Conseil d’administration de la SEMSAMAR, à postuler le cas échéant, à la fonction de directeur de la SEMSAMAR et d’en devenir le Président – Directeur général,

Reconnait que la Collectivité de Saint-Martin, fondatrice de la SEMSAMAR en 1985, actionnaire majoritaire de la Société, a toute légitimité, pour souhaiter voir évoluer sa gouvernance.

Mais rappelle :

que la Région Guadeloupe détient 14,47 % du capital de la SEMSAMAR, ce qui en fait le deuxième actionnaire de la Société, qu’elle est représentée à ce titre par 2 administrateurs au sein du Conseil d’Administration mais qu’à aucun moment, elle n’a été consultée à ce jour sur une éventuelle évolution de la gouvernance de la SEMSAMAR ;

que la SEMSAMAR réalise aujourd’hui 58 % de son chiffre d’affaires en Guadeloupe.

que la SEMSAMAR assure la gestion en Guadeloupe de plus de 8000 logements et que, par conséquent, toute perturbation de la gouvernance de la Société peut avoir des conséquences particulièrement graves sur l’économie de la Guadeloupe ;

Rappelle par ailleurs que l’actuel président de la SEMSAMAR, M. Yawo NYUADZI, pressenti par la Collectivité de Saint-Martin, pour cumuler les fonctions de Président et de Directeur général de la Société a déclaré 24 octobre dernier, sur Guadeloupe la Première : «  Qu’il n’était pas question de révocation de la Directrice générale», et que, ni auparavant, ni depuis cette date, rien ne permet de remettre en cause la gestion de la société par l’actuelle directrice générale ;

Que le Conseil régional, ni ses représentants n’ont été informés de la vacance du poste de Directeur général auquel le Président serait appelé à postuler

S’interroge par conséquent :

sur les motivations de la Collectivité de Saint-Martin pour engager sans aucune concertation, et dans l’urgence, une refonte en profondeur de la gouvernance de la SEMSAMAR.

sur les liens qui pourraient exister entre ce projet de délibération et la volonté affirmée de CDC Habitat de prendre progressivement le contrôle de l’ensemble des bailleurs sociaux des outremers pour y coordonner une politique du logement social conçue et pilotée depuis Paris ;

Condamne toute déstabilisation de la gouvernance SEMSAMAR qui aurait inévitablement des conséquences graves sur le développement et l ‘économie de la Guadeloupe.

Apporte son plein soutien dans ses fonctions à l’actuelle Directrice générale ;

Demande à la Collectivité Territoriale de Saint-Martin et au Conseil d’administration de la SEMSAMAR de sursoir à toute décision qui serait de nature à remettre en cause l’actuelle gouvernance, en contradiction avec les positions déjà exprimées par le président du conseil régional et par les collectivités territoriales de la Guadeloupe et sans aucune analyse partagée par l’ensemble des administrateurs.

Dit que la région Guadeloupe s’oppose à toutes démarches qui pourraient faire perdre aux décideurs locaux la gouvernance des sociétés d’aménagement au regard des compétences transférées aux collectivités locales depuis la décentralisation.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires