Breaking News

Guadeloupe. Politique. Luc Reinette : « L’Etat français a commis un crime irréparable contre notre pays et contre notre peuple »

03 Aoû 2018
877 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 3 août 2018. CCN. A la veille de la manifestation dite du « Droit à la vie » appelée par plus d’une quarantaine d’organisations syndicales, partis et associations « Karesol ’Autorité politique de Gwadloup, » a publié une déclaration qui n’a pas eu -comme d’habitude - d’écho dans les médias à la solde du pouvoir. Il faut aussi signaler que cette manif du samedi 28 juillet dernier, en pleine période vacancière, a rassemblé plus d’un millier de militants déterminés, ce qui est exceptionnel. La classe politique traditionnelle, quand à elle, a une fois de plus brillé par son absence, alors que les problèmes sanitaires, sociaux et économiques du pays s’aggravent. Cette mobilisation qui ne fait que débuter devrait se prolonger dès les premières semaines d’une rentrée qui risque d’être agitée : c’est à suivre…

 

DECLARATION DE KARESOL POUR UNE AUTORITE POLITIQUE GUADELOUPEENNE

Nul ne conteste aujourd’hui que le Pays Guadeloupe est tel un corps malade et que son Peuple aussi va mal sur différents plans, notamment économiques, sociaux, sanitaires, culturels et identitaires. Or il ya une corrélation étroite entre chaque Pays et le Peuple de ce Pays : la Guadeloupe et son Peuple dans l’absolu devraient donc être une même pensée, une même force, une même identité, une même fierté et un même devenir, face au reste du monde.

Un Peuple défaillant ne sera pas en mesure d’assumer la sécurité et la préservation du Pays et un Pays affaibli ne sera pas en mesure d’assumer l’avenir de ses habitants... Peuples et Pays sont intimement liés et doivent faire l’objet d’une même vigilance.

Force est de constater aujourd’hui que l’âme guadeloupéenne est profondément atteinte par un processus d’aliénation et d’assimilation savamment inculqué par les colonialistes français, puis auto-entretenu par des guadeloupéens égarés et inconscients qui mènent le Pays à sa perte.

L’imprégnation de près de 90 % de la population guadeloupéenne à la chlordécone constitue un drame sanitaire et humain pour notre génération et celles qui vont nous succéder, tout comme la chlordécone constitue un drame pour notre terre, également empoisonnée pour des siècles.

Nous savons que le coupable est l’Etat français qui a commis un crime irréparable contre notre Pays et notre Peuple en autorisant chez nous, des pesticides qu’il a interdits sur son sol.

Alors il faut choisir, entre se dire français et mourir dans le silence et la honte ou attaquer la France pour crime contre notre Humanité et exiger réparations.

Depuis des décennies, le problème de la pénurie d’eau dans les foyers guadeloupéens s’aggrave au point que l’Etat français dont ce n’est pas la compétence décide de s’imposer autoritairement, en centralisant à son niveau toutes les initiatives. Cette décision humiliante est la résultante de l’incurie de la quasi-totalité des élus guadeloupéens qui ont fait de l’eau un enjeu électoral égoïste.

Alors il faut choisir, entre le maintien d’élus irresponsables, de Collectivités soi-disant majeures, sans vision pour la Guadeloupe et inféodés à la France qui les infantilisent et l’avènement de nouveaux responsables guadeloupéens visionnaires et capables sur la base d’un nouveau paradigme, et d’un modèle guadeloupéen, de propulser notre Pays dans la vraie responsabilité, la modernité et le développement équitable.

Les sargasses qui pourrissent nos rivages et nuisent gravement à la santé des guadeloupéens sont la résultante de l’inaction et de l’indifférence de l’Etat français dont c’était la compétence de protéger nos côtes en vertu de ses droits dits ‘’régaliens’’. Il a manifestement sous-estimé le phénomène et préféré laisser la gestion de ce désastre écologique et sanitaire aux mairies et autres Collectivités guadeloupéennes.

Alors devant la carence de l’Etat français, il faut choisir et se déclarer coresponsable en tant que pseudo citoyen français ou dénoncer avec force la désinvolture coupable des autorités françaises tout en prenant exemple sur nos voisins de la Caraïbe qui confrontés aux mêmes maux, mettent souverainement en place des stratégies qui ne nécessitent pas l’intervention de leurs anciennes puissances de tutelle.

La récente Coupe du Monde de Football en juillet 2018 nous a permis de constater la dissociation, voire la dissonance existant entre le Pays réel et une partie de notre Peuple totalement aliénée qui supportait pour la puissance coloniale qu’est la France et entonnait la Marseillaise et brandissait frénétiquement des drapeaux français.

Aujourd’hui et demain il faudra choisir son camp et assumer des idéaux nobles ou trahir la cause de la liberté pour laquelle nombre de nos ancêtres et anciens sont morts.

En effet quoi de plus pitoyable et indécent que de voir des colonisés aliénés, fiers de l’être pour certains, se revendiquer d’une Marseillaise qui depuis 1795 est l’hymne national de la République française, lorsque l’on sait que cette chanson de guerre parle ‘’d’un sang impur qui abreuve des sillons…’’ et que cette Marseillaise n’a pas gêné les français pour rétablir l’esclavage en juillet 1802. Sans doute ce ‘’sang impur’’ était également pour eux celui de nos aïeux massacrés lors des guerres de conquêtes coloniales.

En effet quoi de plus pitoyable et indécent que de voir des colonisés aliénés, fiers de l’être pour certains, se revendiquer d’un drapeau bleu blanc rouge adopté par les français le 15 février 1794, drapeau qui va flotter sur notre Pays aux hommes et femmes réduits en esclavage jusqu’en 1848, et dont le blanc symbolise le Roi et le bleu et le rouge les couleurs de Paris.

Ces colonisés aliénés, véritables français de papier, ne feront jamais croire à quiconque que le drapeau français qu’ils arboraient et la marseillaise qu’ils chantaient n’étaient pas des marqueurs politiques symbolisant leur soumission consciente ou inconsciente à un Etat colonial qui les a pourtant déshumanisés et chosifiés à travers le Code Noir…

Plus que jamais KARESOL appelle de ses vœux l’avènement d’un pouvoir politique domicilié, pleinement assumé par des guadeloupéens ayant le sens du Pays, afin de faire respecter les droits et aspirations légitimes de notre Peuple profond, dans la perspective d’une prospérité réelle, d’une vraie dignité et d’une qualité de vie commune indéniable.

Il nous faut sortir de l’illusion d’une ‘’égalité réelle’’ promise depuis la Départementalisation de 1946 et qui fait encore l’objet d’une énième loi 70 ans plus tard, alors que le fossé ne cesse de se creuser en terme de développement entre la France, puissance coloniale et notre Pays la Guadeloupe encore sous sa tutelle politique, économique et culturelle.

Aujourd’hui nous sommes à l’heure d’un choix vital : où nous nous abandonnons au sort que nous réserve l’Etat français qui n’est autre que la dissolution-disparition de notre Peuple en tant qu’entité unique et spécifique, ou nous relevons la tête et affirmons nos droits collectifs de Guadeloupéens sur ce Pays de Guadeloupe qui ni la France, ni l’Europe et nous donnons les moyens d’affirmer fortement notre identité à travers un drapeau et un hymne national guadeloupéens qui restent à adopter par un vote populaire.

Nous devons avoir pour ambition urgente de rédiger notre Constitution étatique qui suscitera espoir et s’imposera tel un rempart préservant nos valeurs et patrimoines. Nous devons également avoir comme ambition urgente de proposer un Projet politique, économique et social autocentré à notre Peuple afin de refaire revivre l’espoir et la ferveur patriotique.

Enfin et c’est le plus important, pour construire ensemble une Guadeloupe prospère et débarrassée de toutes les peurs qui font certains accepter l’inacceptable, il nous faut inspirer confiance après des années de défiance et apprendre à nous réconcilier, à nous penser en frères de combat et non en adversaires, pour forger une communauté guadeloupéenne, ancrée dans la Caraïbe, qui sera forte, apaisée, et fière de son identité.

KARESOL A ON OTORITE POLITIK GWADLOUP, est une entité qui prône dès maintenant la mise en place collective d’une AUTORITE POLITIQUE GUADELOUPEENNE qui conteste l’autorité de l’Etat français sur notre sol et prépare l’avènement d’un Gouvernement Guadeloupéen dans la cadre d’une Guadeloupe libre et Indépendante, débarrassée de la présence coloniale française qui n’a que trop duré et qui fait obstacle à notre épanouissement de Nation et de Peuple.

Pour KARESOL

Luc Reinette

Domota 

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires