Guadeloupe. Apologie de l’esclavage : Elie Domota (LKP) interpelle le Président des français François Hollande

21 Jan 2015
22409 fois
Guadeloupe. Apologie de l’esclavage : Elie Domota (LKP) interpelle le Président des français François Hollande © CCN

Pointe-à-Pitre. Mercredi 21 janvier 2015. CCN. Il fallait s’y attendre. La révélation par CCN du projet de quelques békés nostalgiques de vouloir ériger une stèle à la gloire de 1ers colonialistes franco européens arrivés en Guadeloupe en I635 allait susciter des réactions. La première qui parvient à CCN est cette » lettre ouverte » qu'Elie Domota porte parole du LKP adresse à François Hollande. Il est cependant étrange qu’aucun journaliste afro descendant et « Charlie », n'ait eu jusqu’ici l’audace de soulever cette question.


Monsieur François Hollande
Président de la République Française

Objet : Faire l’Apologie de l’esclavage n’est pas condamnable par la loi française.


Monsieur Le Président de la République,
Un débat sur la liberté d’expression et le droit au blasphème agite la société française.
Actuellement. Permettez moi de vous adresser ces quelques remarques, considérant le contenu répété de vos discours, et des membres de votre gouvernement, sur le vivre ensemble.

Vous le savez, l’esclavage et la traite négrière sont, depuis la loi TAUBIRA du 21 Mai 2001, reconnus comme crime contre l’humanité.

En 2009, M. DESPOINTES, béké Martiniquais, descendant de propriétaire d’esclaves, tenait les propos suivants sur canal+ :
«Dans les familles métissées, les enfants sont de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie. Moi, je ne trouve pas ça bien. Nous (ndlr: les Békés), on a voulu préserver la race.» «Les historiens ne parlent que des aspects négatifs de l’esclavage et c’est regrettable» ……« les bons côtés de l’esclavage et les colons qui étaient très humains avec leurs esclaves, qui les ont affranchis et qui leur donnaient la possibilité d’avoir un métier ».

Ces propos ont déclenché la colère de milliers de Martiniquais et de descendants d’esclaves de part le monde. La classe politique en France a unanimement condamné de telles paroles et le parquet de Fort de France s’est saisi de ce dossier.

Ce « Monsieur de la Martinique » a donc été condamné en première instance et en appel par les tribunaux martiniquais.

Comme le permet la loi, il a fait un recours devant la cour de cassation et là : l’arrêt de la cour d’appel de Fort de France est cassé dans une décision du 5 février 2013. La Cour de Cassation considère que la loi sur la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité ne comporte aucune disposition répressive. Ce n’est qu’une loi
mémorielle.
La chambre criminelle donne donc la permission de faire l’apologie de l’esclavage. Elle considère que la loi qui reconnait la traite négrière et l’esclavage comme étant un crime contre l’humanité, n’est pas une loi normative qui peut servir de fondement légal à une poursuite pour apologie. Dès lors, « Vanter les bons côtés de l'esclavage » ; « Dire et écrire que l’esclavage et la traite négrière était une bonne chose pour les nègres » ; « Célébrer et commémorer les esclavagistes » ; « Dire que la liberté est un plat pour lequel l’estomac des nègres n’est pas préparé » : etc………. ne sont pas passibles ni de poursuites ni de condamnations.

Nous sommes dans la même situation, après l’abolition de l’esclavage, qui a guidé à la promulgation de la loi d’indemnisation des colons de 1849, texte jamais abrogé d’ailleurs.

Rappelez-vous : ce sont les esclavagistes « spoliés » pour avoir perdu leur cheptel de nègres qui ont été indemnisés et non les esclaves. Au regard de ces textes, l’esclavage était donc une bonne chose !

Pas étonnant que notre « droit à réparation » soit cantonnée à la mémoire (genre Mémorial Acte) et les indemnisations, les terres et les autres richesses dévolues aux esclavagistes et à leurs descendants.

Pas étonnant non plus que même la stèle érigée en « mémoire » des esclaves à Nantes soit profanée.

Nous sommes dans une légitimation du droit à l’insulte et de l’apologie de l’esclavage et de la traite négrière pourtant reconnus crime contre l’humanité.

Alors, Monsieur le Président de la République Française,
- Que comptez-vous faire pour rendre justice à ces milliers de descendants d’esclaves insultés et méprisés et mettre fin à la permission de faire l’apologie de l’esclavage offerte par la loi en France ?
- Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces provocations et insultes qui font l’apologie de l’esclavage et cela au moment même où des nostalgiques de la société de plantation veulent célébrer les premiers colons blancs génocidaires et esclavagistes arrivés en 1635, en Guadeloupe ?
- Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces insultes qui font l’apologie de l’esclavage et de la traite négrière au moment même où chacun parle du vivre ensemble ?

Recevez, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos salutations les meilleures.

Pour LIYANNAJ KONT PWOFITASYON
Le Porte-parole,
E.DOMO

Évaluer cet élément
(40 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

6 Commentaires

  • Devoir De Résistance
    Devoir De Résistance lundi, 02 février 2015 15:09 Lien vers le commentaire

    Les tentatives de provocation de la caste BEKES en Guadeloupe ou en Martinique montre bien le travail funeste des tenants de la créolité cette posture raciste et sioniste qui tente de légitimer la disparition des Africains et leur histoire ancienne. (pour mémoire, deux politiciens en Martinique participent à cette mascarade anti -nègres, anti-Martiniquaise. Mrs Garcin MALSA et Marcelin NADEAU). Le premier, a durant une trentaine d'années décerné son fameux "prix de la créolité" à des personnes qu'il ciblait arbitrairement pour servir son projet colonialiste. Sous les "coups" portés par des révolutionnaires Martiniquais il a décidé de mettre en "sommeil" son activité colonialiste. Aujourd'hui le dirigeant du MODEMAS s'autoproclame "Grand Pasteur' panafricain. Nous nouvelle génération Patriote de Martinique, préconisons la sortie du plan civilisationnel de l'occident, la destruction du système colonial avec ses colons et leurs marionnettes créoles.
    Le conseil National Martiniquais de la Résistance.

  • monstruktor
    monstruktor mardi, 27 janvier 2015 06:04 Lien vers le commentaire

    Il y a une chose que ces gens ne pourront pas défaire quoi qu'ils fassent c'est l'histoire , et la notre est intimement liée à celle des premiers colons.

  • monstruktor
    monstruktor mardi, 27 janvier 2015 05:59 Lien vers le commentaire

    La guadeloupe à été contruite avec une diversité de personnes, il y a eu les colons les esclave s, les blancs les noirs , les indiens et bien d'autre, elle à son histoire qui est intimement lié à ces composantes, il ne faut surtout pas confondre esclavage et premier peuplement de l'ile,que serions nous si il fallait enlevé une de ces composantes , serions nous encore en terre d'afrique ou sur notre sol, notre terre si chère à notre coeur serait elle ce qu'elle est aujourd'hui?
    Il faut que nous parvenions à faire sauter ces chaines que nous avons encore dans nos têtes et de toujours nous représenter le blanc comme le colonisateur ou comme un ennemie que nous nous somme créer.
    Il n'y a d'ennemie que nous même .

  • Jean Pierre MOCKA
    Jean Pierre MOCKA vendredi, 23 janvier 2015 19:20 Lien vers le commentaire

    Vous dirigeants, vous l’Etat,
    Dans cette situation vous auriez du être déjà le premier à faire preuve d’audace. Etudier sérieusement la possibilité des quotas afin d’arrêter de diviser les français avec votre système d’apartheid à la française qui sans cesse fait rappel à une Marseillaise que vous obligez les écoliers à chanter. Elle n’est pas appropriée aux problèmes de sécurité actuelle ni conforme à la République . Avec un rappel constant ‘’ qu’un sang impur abreuve nos sillons’’ caractérisant la division de tout ceux qui sont visés par cette discrimination. Rappel à l’injure, à la haine offensante aussi semblable au blasphème des termes de païen à goïm ou mécréants, antisémite, islamophobe disent-ils. C’est la raison pour laquelle ils insistent à toujours dire que nous ne somme pas intégrés.
    Par dessus tout afin de mieux diviser, vous avez pour les rebelles à la société créé la liberté d’expression. L’écriture et la caricature sans limite des résistants satiriques de Charlie Hebdo, il est a constater la provocation a la haine avec “l’humour c’est un coup de point dans la gueule, un dessin c’est un fusil à un coup…“ à Bien sûr amené à une agression délibérée. Depuis cela on a ouvert la boite de pandore pour les écrivains et les humoristes qui désormais est sans limites, vous réservant la plus affreuse surprise que vous pouviez imaginer.
    Je suis Jean Pierre MOCKA qui depuis trop longtemps subit des dénis de justices sans précédent pour lesquelles vous, ces parties politiques êtes responsables.
    L’apartheid à la française n’est pas basé sur une loi mortifère structuré avec des panneaux indiquant les interdits, mais, elle est en réalité bel et bien pratiqué par l’Etat.
    Je suis ni marionnette, ni suiveur, ni mouton, ni bouffon, ni collabo et encore moins votre esclave a participer a cette fabulation qui est qu’une imposture mortifère et de fait, vous dirigeants de notre pays êtes les criminels qui doivent être poursuivi, châtier avec la plus grande sévérité !!!
    Il y a ceux qui sont prêts à mourir pour la liberté et ceux qui sont aussi prêts à mourir pour se faire respecter!!!

  • nperou
    nperou vendredi, 23 janvier 2015 13:15 Lien vers le commentaire

    Ce message s'adresse à tout le monde. Monsieur, Madame, il y a un gros travail à faire pour se libérer de l'esclavage. Il faut reprogrammer votre subconscient pour se débarasser de la culture du maître. Pour cela, il faudrait aller dans un pays....

  • fouyaya
    fouyaya vendredi, 23 janvier 2015 09:53 Lien vers le commentaire

    c'est un fond de commerce c'est bien de l'exploiter jusqu'au bout mais pensez une seconde à la jeunesse et à leur avenir .il y a des gamins à grand camp et à vieux bourg abymes qui connaissent pas leur géniteur .
    les chinois ont vite compris que le passé ne revient pas

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Memorial ACTe before opening !