Guadeloupe. Fric : Le Medef va t-il se fâcher avec Ary Chalus ?

29 Déc 2017
2166 fois

Baie-Mahault. Vendredi 29 décembre 2017. CCN.  Bruno Blandin et sa fine équipe UDE-Medef Gwada ont réuni  pour la dernière fois en 2017 les journalistes autour d’un succinct petit déjeuner dont la frugalité s’est accentuée au fil des rencontre, mais fort heureusement pas le contenu des échanges !!

Il s’agissait comme à l’habitude de faire un round up des actions  phares du Medef et de parler à bâtons rompus du paysage socio-politico -économique du pays, bref une manière de bilan. Une fois de plus la question des rapports MEDEF/Région/Chalus comme le témoigne « la bourde » d’un journaliste maladroit et le correctif immédiat du Medef. L’analyse CCN.


Le moins  que l’on puisse  dire, c’est qu’  au contraire  d’autres « institutions » Le MEDEF  ne cherche  nullement  pas    à « douciner » » les journalistes  qui participent au  petit dej.  Les  échanges courtois mais sérieux prennent le pas sur tout le reste. Pas d’agendas, dz  stylos siglés Medef  ni même  de petit cadeaux offert de fin d’année . Les Medef -men de Blandin sont d’une  sobriété qui  peut surprendre ! .

Ainsi aucun journaliste, ( à notre connaissance !)   ne  pourra   se plaindre  d’avoir été  « retourné » ou acheté ! Chacun reste à sa place.

l’ambiance de ces RDV est toujours  très détendue conviviale, mais respectueuse des missions de chacun Bruno Blandin, adore attaquer franco, sur les sujets qui  sont  à l’ordre du jour et répond ensuite , sans  tourner au tour du pot. Il  le dit souvent, il souhaite améliorer par ces exercices l’image surannée, -veillotte, ringarde pas guadeloupéenne   héritée du Medef des années antérieures. A t-il réussi ?  un peu tôt pour le dire, mais c e qui est certain ,  c’est qu’e tout est effectivement mis en œuvre dans centre optique.

Pour cette dernière LE sujet, c’était une fois d e plus, ; la épineuse question  de l’emploi  en Guadeloupe  des  jeunes  diplômés. : le pacte pour l’emploi  d es jeunes de Gpe ( PEJG),. Le Medef ; n’est a  pas  peu fier d’avoir réussi, a créer  près de 1500  emplois grâce à ce pacte. Dans une « fiche «  remise aux journalistes  présents  il est dit ceci :

 DSC 9801 003

" Il  s’agit  d’une ne opération expérimentale unique en France pour favoriser l’emploi des jeunes en entreprise Initiée par l’UDE-MEDEF et le Préfet de Guadeloupe Validée par le Président de la République (F. Hollande)Contractualisée par l’Etat (Préfet, MOM), la Région, le Département d’une part et l’UDE-MEDEF d’autre part. Signature médiatisée du Pacte le 23 octobre 2015 "

 

L’Objectif de ce pacte : Lutte contre le chômage des jeunes en stimulant l’accès à un emploi durable en entreprise  Il Cible : Les jeunes de moins de 30 ans La méthode :Zéro charges patronales et salariales jusqu’à 2,5 SMIC 

Un guichet unique (Pôle emploi) Un contrat d’embauche de droit commun en entreprise Sans coût budgétaire supplémentaire par redéploiement des mesures et dotations budgétaires existant. 

La Répartition des responsabilités Etat : Ingénierie administrative 

La Durée du pacte : Jusqu’au 31 décembre 2017

DSC 9802 1 001

 

L’objectif chiffré : Minimum de 700 recrutements au 31 décembre 2017 imposé à l’UDE selon le medef les resultas ont été   à la mesure des espérances

Succès foudroyant : Objectif dépassé dès la fin du premier semestre 2016

  • 1 500 recrutements réalisés à ce jour malgré un arrêt début 2017 dans l’attente de la mise en place des premières dotations d’Etat, puis des deuxièmes arrivées en début juillet . Un engagement des chefs d’entreprises toujours soutenu 1 500 emplois c’est plus de 34 millions d’€ par an payés par les entreprises (base 1,7 SMIC).

 

En  fait le Medef a   très vite compris qu’il fallait  par ce moyen , non seulement  contribuer efficacement à la lutte contre le chômage des jeunes, mais aussi  et surtout   leur proposer  une alternative  autre que  la  une fuite incessante des jeunes cerveaux. Car les entreprises guadeloupéennes , dont les  responsables  sont  souvent un peu dépassés par  les nouvelles technologies,  et la nouvelle  économie ont grand besoin de sang neuf et si cerise sur le gâteau ,  ce pacte  coute pas  cher aux patrons pourquoi ne pas en profiter ?.

 

Autre sujet tout aussi sensible abordé : la question de  l’eau. Dans le  document Medef  qui a été remis  la problématique de l’eau, est très éloignée du cirque  médiatique de Christine Kelly et de ces artistes un peu  perdus face à la  réalité  guadeloupéenne  .Répondant à une question CCN, qui s’étonnait   e l’approche un  peu  LKPIenne   du texte, Bruno Blandin, n’ a pas craint d’affirmer que «  Domota  avait aussi de bonnes idées  »

 

 

Eau : le point de vue du Medef

« Cela suffit ! . Le service de l’eau est un service public essentiel. C’est la base de la vie au quotidien de tout citoyen. C’est l’échec total de la démocratie locale en Guadeloupe. C’est la honte de l’institution communale.L’eau est abondante en Guadeloupe. Le problème n’est pas un manque de ressource.Le problème c’est l’incurie, l’incapacité des élus communaux à gérer ce service public de base.Nos édiles prennent en otage la population pour leurs petits jeux de pouvoir, sans aucune pris en compte de l’intérêt général. La Guadeloupe n’est pas un Pit-à-coq !Nous sommes dans un espace insulaire. L’insularité exige et rend aisé un égal accès de tous à l’eau.

 La raison impose un service unique de l’eau égal pour tous, non sécable en 36 communes, ou intercommunalités qui ont assez démontré leur incapacité sur fonds de conflits d’intérêt politique ou autres. Le service de l’eau doit relever d’une autorité unique compétente sur l’ensemble du territoire. C’est-à-dire d’une collectivité majeure : Région ou Départemen t.La Région s’est portée candidate .Le département est compétent pour l’eau d’irrigation. Ce service marche ! Il ne suffit pas d’être candidat. Il faut demander un transfert de compétences. »

 

Poursuivant en mode Domota, le président du Medef a laissé entendre que si les élus ne se donnaient  pas  rapidement  les  moyens de  résoudre le problème, de l’eau, il ( le MEDEF ?) trouverait d’autres solutions.

 

Il a été une fois de plus aussi   question de le dette de la  Région et des collectivités à l’égard des entreprises.. et surtout celles du BTP. Sur ce point Blandin a été  aussi très  ferme. Il a rappelé qu’à l’occasion de la  grande soirée organisée lors du 50 é anniversaire  du Medef , Ary Chalus , était monté à la tribune et s’était engagé a effacer ces dettes régionales, entre la fin de l’année 2017 et le de tout début de 2018. Le président de Région est donc très fermement attendu. Lors de la dernière plénière régionale du 20 decembre  sans vraiment réitérer cet engagement formel dans son  discours Ary Chalus a  simplement dit ceci :

 

Ainsi, afin d’instaurer un climat social plus apaisé, je recevrais dès le mois de janvier 2018, l’ensemble des représentants syndicaux des travailleurs et les organisations patronales. Le dialogue social se doit, à l’avenir, d’être une plateforme de discussion qui engendre des changements, des accords mis en œuvre. Moins de conflits pour plus d’écoute, telle est ma méthode ! C’est d’ailleurs en ce sens que j’ai impulsé la rencontre avec l’ensemble des acteurs pour échanger et examiner ensemble l’appel d’offres relatif à la reconstruction du nouveau CHU. La Région qui va investir, au titre de l’aménagement routier, près de 15 M€ ne peut rester muette face à un projet des plus structurants…

Ou encore :

(...) C’est fort de cette unité et de cette solidarité sur les grandes questions relatives l’économie, à l’emploi que nous contribuerons à faire bénéficier l’ensemble des Guadeloupéens des retombées des grands projets structurants en termes d’emplois durables et de développement. Nous croyons, en tant que chef de file de l’activité économique, que la stabilité des entreprises et des institutions de notre territoire ne peuvent être pérennes que par le biais du dialogue social. Mais pour permettre ce nouveau modèle économique, chacun doit, de manière lisible, contribuer à l’emploi. La Région à son niveau, doit assumer pleinement son rôle et même avec détermination, être force de proposition auprès de l’État. Nous engageons à mener, de concert avec l’État, le Département et les collectivités, les programmes nécessaires afin que le chômage, en particulier le chômage touchant les jeunes, »

 

Faut il penser que in fine la question de le dette de la Région sera évoquée dés le mois de janvier2018  ? c’est sans doute la raison pour laquelle Blandin et ses guys restent « cool » attendant  le geste d’Ary Chalus .On comprend aussi pourquoi le Medef  a évité de  mettre de l'huile sur le feu et  s’est empressé de rectifier par communiqué  le « dérapage » incontrôlé( et peut être involontaire ) d’un confrère qui s’est emmêlé les pieds dans le tapis des relations particulières, parfois complexes, entre la Région et le Medef` .

A ne pas douter cette question de la dette envers les entreprises, reviendra souvent en 2018 ; dans les rencontres de Chalus et du Medef avec la  presse .

 Comme  on  dit : Dossier chaud  à  suivre… !

 

Guadeloupe. Rectificatif sur un article paru le 26 décembre 2017

UDE logonewsBaie-Mahault. Vendredi 29 Décembre 2017. CCN. Un article de France Antilles du 26 décembre 2017 rendant compte d’une rencontre entre l’Union Des Entreprises et la Presse a titré « la Région doit 300 millions d’Euros aux entreprises ».

Cette affirmation, que le journaliste attribue à tort au Président de l’UDE, est bien évidemment erronée ce que n’auront pas manqué de relever les lecteurs.

En effet, ce chiffre de 300 M€ est équivalent au budget de fonctionnement primitif 2017 de la Région (306,9M€).

Lors de ces échanges, le Président Bruno BLANDIN a rappelé que les Entreprises souffraient de délais et de carences de paiements anormalement élevés de la part de trop nombreuses collectivités locales.

Il a fait valoir que cette situation, contraire à la loi, fragilise nos entreprises et en particulier leur capacité à créer de l’emploi alors que notre région souffre d’un chômage élevé.

C’est d’ailleurs ce que dénonce la Chambre régionale des comptes dans son rapport d’activité 2016 relevant (page 24) que pour les communes et EPCI de Guadeloupe, le montant des seuls mandats émis, non payés par défaut de trésorerie, s’élevait à 143,195 M€ (non compris les factures non honorées au-delà de leurs échéances).

Les entreprises sont devenues de facto les nouveaux banquiers des communes.

Il a par ailleurs répondu à une question sur les relations des entreprises avec le Conseil Régional en rappelant que les délais de paiement restaient eux aussi trop longs, mais que le Président de Région s'était engagé au mois de juin 2017 à un retour à la normale début 2018.

Le Président de l’UDE s’est dit très attentif à ce sujet mais confiant.

En fait, ce journaliste a semble-t-il fait une confusion avec le montant des mandats émis impayés de l’ensemble des communes et EPCI des Antilles-Guyane qui s’élèvent effectivement à plus de 300 M€ (334,8M€).

 

Source: UDE Medef

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires