Breaking News

Guadeloupe. Sport & handicap : Les 5 km de la MGPS

25 Nov 2017
415 fois
Venise Gamby, directrice de la MGPS, et organisatrice de la course solidarité handicap.JPG Venise Gamby, directrice de la MGPS, et organisatrice de la course solidarité handicap.JPG

Jarry. Cœur économique. Vendredi 24 novembre 2017. CCN. La mutuelle installée dans le centre commercial des Galeries de Houëlbourg organise dimanche 26 novembre une course solidaire pour les personnes handicapées. Les personnes valides sont également conviés pour venir mouiller le maillot, et faire grossir la cagnotte de l’association saint-martinoise « Tournesol », qui accompagne les parents d’enfants handicapés. Venise Gamby, directrice de la MGPS, nous en dit plus sur cette 7ème édition solidaire. Interview. 

CCN : Comment associer sport et handicap ?

Venise Gamby : C’est au travers déjà de cette course. En fait, pour nous, le but même de l’opération c’est de permettre aux personnes handicapées de s’intégrer au moyen du sport, et de faire comprendre qu’on peut sortir de son isolement. Ce n’est pas parce qu’on est handicapé qu’on ne peut pas faire de sport. Pour chaque personne handicapée, on en discutait avec le président de la ligue handisport, il y a un sport. Toutes les personnes handicapées peuvent faire du sport. La pratique du sport leur permettra déjà de sortir de leur isolement et puis de mieux vivre leur handicap. C’est pour ça que nous faisons cette course, parce que nous voulons faire la prévention et la promotion de la santé à travers le sport. Déjà faire comprendre à tout le monde que le sport, c’est un moyen de s’épanouir et de rester en bonne santé, parce qu’on est quand même une mutuelle. Associé  à cela, permettre aux personnes valides d’avoir un autre regard sur les personnes handicapées, et d’avoir un peu de solidarité de ces personnes là. C’est aussi permettre aux enfants d’avoir un autre regard sur les enfants comme eux qui ont un handicap.

CCN : Quel est le but premier de cette manifestation ?

VG : Le but premier déjà, c’est de promouvoir la santé à travers le sport, et permettre aux personnes en situation de handicap de sortir de leur isolement et de pratiquer le sport. Leur faire comprendre qu’ils peuvent pratiquer un sport. Ce n’est pas parce qu’on est handicapé qu’on ne peut pas pratiquer de sport.

CCN : Quel bilan tirez-vous des 6 dernières éditions ?

VG : Globalement un bilan positif, puisque d’année en année, on voit que le nombre de participants augmente. Les gens commencent à être très sensibilisés à la cause. On a beaucoup de personnes qui viennent s’inscrire qui ne sont pas forcément sportives, et qui n’ont ni l’intention de courir, ni de marcher, mais qui viennent s’inscrire parce qu’elles savent que les droits d’inscription seront reversés à une association qui s’occupe de personnes en situation de handicap. Cette année, on a choisi une association de Saint-Martin, parce qu’on sait que ça a été assez difficile. C’est l’association « Tournesol », qui accompagne les parents des enfants handicapés. Cette somme leur permettra de préparer les fêtes de fin d’année.

CCN : Quels sont les détails pratiques concernant la course de dimanche ?

VG : L’inscription sur Internet c’était jusqu’à hier. Aujourd’hui de 14h à 17h en agence, et samedi de 9h jusqu’à 17h en agence aussi ici à Jarry.  Les gens vont retirer leur « pack coureur » aussi en même temps. Il faut savoir que dimanche matin on ne prend pas d’inscription. Le dernier jour de la course on ne prend pas parce que c’est trop compliqué. Il y a des gens qui viennent de loin, il y a des personnes en situation de handicap qui participent à la course, et donc on ne peut pas se permettre de partir en retard parce que le soleil est fort. C’est un parcours de 6 km. Le départ se fait dans Jarry. C’est un parcours qui n’est pas difficile, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de soleil. Le départ se fait entre 7h50 et 8h, donc on demande aux personnes d’être là à l’heure.

Il y a 3 courses : la « Mutualiste », qui est pour les coureurs, les personnes assez sportives qui veulent faire des performances, personnes valides ou non. Ce sont des habitués qui viennent chaque année. Ce sont des courses solidaires. Quand les gens viennent courir, ce n’est pas pour gagner un prix en numéraire, c’est pour être solidaires par rapport à la course. On remet donc des diplômes, des médailles et des coupes. Ensuite on a la «Solidaire », c’est une marche qui fait aussi 5 km. Là on peut venir en famille, on marche à son rythme, c’est détente. Par contre on a quand même des personnes qui font la marche sportive. A la fin, ils auront aussi leur chrono, comme ceux qui ont couru, et leur diplôme, puisqu’on délivre un diplôme à la fin. Ensuite on a la troisième course, qui est la « Mini », réservée aux enfants de              10 à 13 ans. Là c’est 1km.

C’est le même parcours : pour la « Mutualiste », les coureurs vont partir avant à 7h50, il y aura deux sas de départ. 5 minutes après la « Solidaire » va partir. Dans les deux courses, on a les personnes « handi » aussi qui vont prendre le départ. Donc cette année on a des personnes en goélette, en fauteuil roulant et aveugles qui auront leur accompagnant pour courir. En général on les mêmes qui reviennent chaque année. L’année dernière il y avait 600 et quelques personnes. Cette année on a limité à 700. Il ne faut pas qu’il y ait trop de monde et que ça ne soit pas gérable. A la fin et à 9h il y aura le départ pour les enfants. Les enfants vont très vite. Donc 9h10 c’est terminé. Ils font 1km, font un tour et reviennent.

Au départ on aura de la zumbaka ou de l’échauffement, 20 minutes avant le départ de la course. A l’arrivée aussi de l’étirement en zumbaka. Sur la partie animation : les deux années précédentes nous avions l’ « handi-village ». Nous mettions les gens en situation de simulation de handicap pour qu’ils soient dans la peau d’une personne handicapée. On a dit cette année on va quand même un peu changer pour pas refaire toujours les mêmes choses, et donc là on aura des animations « handi-léwoz », on aura des sketchs humoristiques sur le handicap pour dédramatiser un peu le handicap au regard des gens et puis à la fin des discussions-débats sur le handicap visible et invisible. Parce que c’est vrai que les gens qui ont le handicap non visible ont du mal à vivre ça, parce que les gens ne comprennent pas.

Dans le « pack coureur », il y a un t-shirt, pour que tout le monde ait le même t-shirt, et il y a aussi un dossart. L’inscription est à 10 euros pour le tout public. C’est gratuit pour les personnes en situation de handicap et c’est 8 euros pour les adhérents de la mutuelle, parce qu’on estime qu’ils participent déjà quelque part compte tenu que nous sommes les organisateurs. Les enfants qui font la « Mini », c’est 1 euro. C’est en fonction de sue quelle course on s’inscrit : ça va de 1 euro à 10 euros. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Alexandra Giraud

Journaliste CCN

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires