Imprimer cette page

Équateur : Rafael Correa condamné à huit ans de prison.

08 Avr 2020
1331 fois

Caracas. Mercredi 8 Avril 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Mardi, un tribunal de la Cour Nationale de Justice de l’Équateur a condamné L’ex-président Rafael Correa à huit ans de prison pour le délit de « corruption aggravée » , en le considérant comme « auteur indirect » avec l'ex-vice-président Jorge Glas.

Il a également été condamné à 25 ans d’inéligibilité, une chose qu’il a qualifiée de persécution politique de la part du président actuel, Lenin Moreno. 

Le juge Léon à précisé que la victime dans cette affaire est l’État et que le Ministère Public l'a prouvé. « On a prouvé que les paiements ont été reportés au niveau hiérarchique supérieur, dirigés par Rafael Correa et l'ex-vice-président Jorge Glas, » dit la sentence.

« Ils n’apprennent rien de l’histoire. Ils n’ont rien appris de Lula, Cristina, Evo. Il est évident que cette persécution fait des dommages à court terme ! Mais à long terme, nous nous reviendrons, invincibles. Ils ne pourront pas changer le cours de l’histoire. Nous résisterons et nous vaincrons ! » a écrit Rafael Correa sur Twitter après avoir appris la sentence.

Pour leur participation supposée à ces faits, 20 ex-fonctionnaires impliqués avec des entrepreneurs sous-traitants de l’État dans le financement des activités de prosélytisme du parti politique de Correa , Alliance Pais, qui dépassait les 7,5 millions de dollars entre 2012 et 2016 ont été déclarés co-auteurs et condamnés à la même peine de huit ans.

La réponse de Correa

Correa a affirmé que ce jugement et cette sentence n’étaient destinés qu’à l’empêcher de participer aux prochaines élections présidentielles.

Il a déclaré au site RT : « Nous l’attendions. Pour qu’ils me condamnent, il fallait qu’ils soient désespérés. » Et il a conclu : « Dans un Etat de Droit, ce serait impossible. »

Pour lui, cette sentence est destinée à détourner l’attention de l’urgence sanitaire qu'affronte le pays pendant la pandémie de coronavirus : « Ils détournent les énergies du pays, ils devraient être inquiets à propos de cette crise, des morts qui n’ont pas de sépulture. »

Et il a insisté sur le fait que les autorités devraient se focaliser sur la façon dont l’épidémie se répand. »

« Nous allons gagner devant les cours internationales »

Correa a affirmé qu’il va se tourner vers les instances supérieur de la justice : « Nous allons gagner devant les cours internationales. »

« Cela n’a ni queue ni tête. La meilleure preuve en sont les archives qui étaient dans le porte-documents d’une conseillère. Nous nous avons réussi à les avoir et avec une expertise internationale, nous démontrerons quelles ont été « hackées » en 2016 et modifiées jusqu’en 2018, quelque chose de totalement forgé. » Cet élément illégal n’a finalement pas pu être pris en compte, souligne Rafael Correa.

Il a également souligné : « Hier ont été révélés des milliers de documents qui démontrent que la secrétaire du procureur était en contact permanent avec le président du tribunal. »

Il a précisé que même s'il est certain qu’il y avait un lien réel entre eux, ils ont commis une illégalité en paetageant des informations sur le procès :« Il n'échangeaient pas des factures d’électricité ou de téléphone mais le processus ! C’est une association illégale. »

Sur la situation politique de l’Équateur, il affirme : « Il n’y a pas de justice et l'Europe ne dit rien. » « Ils m’ont accusé d’avoir assassiné une personne, la personne apparaît en vie mais ils continuent à m’accuser de l’avoir assassiné en disant qu’elle a ressuscité. C’est irrationnel. »

Ricardo Patiño qui a été ministre des Relations Extérieures, de l’Economie et des Finances et de la Défense de Rafael Correa a dénoncé la persécution : « l’Équateur traverse une crise humanitaire sans précédent mais la persécution ne s’arrête pas car ils sont paniqués à l’idée que Rafael Correa et la Révolution Citoyenne gagnent à nouveau dans les urnes! »

L’affaire des pots-de-vin

L’affaire des pots-de-vin a débuté en mai 2019 quand le site La Fuente a publié une enquête qui révèle que grâce a des apports économiques, des entreprises multinationales parmi lesquelles Odebrecht ont collaboré à la campagne présidentielle du parti de Correa, Alianza PAÍS.

Dans cette enquête, on précise que c’était Pamela Martinez, alors conseillère de Correa qui recevait les apports économiques en 2014 mais l’ex-président affirme qu’elle a abusé de sa position, qu’ils l'ont découvert et lui ont dit : « Si tu accuses Correa, nous te laisserons libre. » Et en effet, elle a été mise en liberté quelques mois plus tard. Mais Martinez a été condamnée mardi à une peine de 38 mois de prison à cause de sa participation à cette affaire.

Correa ne pourra pas se présenter aux élections législatives et présidentielles de 2021 et cette interdiction politique restera en rigueur pendant 25 ans.

Il n’existe pas de précédent dans le pays d’une condamnation d'une telle ampleur.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

https://albaciudad.org/2020/04/rafael-correa-8-anos-de-prision/

URL de cet article : 

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/04/equateur-rafael-correa-condamne-a-huit-ans-de-prison.html

 

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN