Venezuela: Chronologie : Election du Comité directeur de l’Assemblée Nationale de la République Bolivarienne du Venezuela

21 Jan 2020
320 fois

Caracas. Mardi 21 janvier 2020. CCN/Bolivvarinfos/Françoise Lopez. Janvier 2020. Dimanche 5 janvier 2020. Conformément à la Constitution, il a été procédé à la convocation de la Séance parlementaire pour l’élection du Comité directeur de l’Assemblée nationale pour l’année 2020. Le Parlement national est constitué de 167 parlementaires, qui ont été élus le 15 décembre 2015 pour la période 2015- 2020. La séance a été convoquée à 11h00. 

Dimanche 5 janvier / 08h00 

Comme il est d’usage pour la séance inaugurale de l’Assemblée, un dispositif spécial de sécurité est déployé afin de contrôler l’accès au siège du Parlement. Cette fois, le Comité directeur, par ses Premier et Second Vice-présidents, a demandé au Gouvernement national de renforcer le contrôle de l’entrée afin d’éviter que des personnes étrangères au parlement puissent y avoir accès et perturber la séance. 

Dimanche 5 janvier / Matin 

Après vérification de leur identité, les parlementaires commencent à arriver au siège du Palais législatif sans difficulté. 

 

Dimanche 5 janvier / 10h20 

La caravane des députés de l’opposition commence à approcher de l’Assemblée nationale. En font partie Juan Guaidó, Président de l’AN, Henry Ramos Allup, chef du groupe parlementaire d’Acción Democrática et d'autres membres de la liste proposée par Guaidó pour être élus au Comité directeur, dont Juan Pablo Guanipa et Carlos Berrizbeztia. 

Dimanche 5 janvier / peu avant 11h00. 

Plusieurs parlementaires des partis d'opposition annoncent sur les média qu’ils proposeront une liste pour l’élection du Comité directeur, différente de celle présentée par Juan Guaidó, Président en exercice, qui avait annoncé sa candidature à la réélection.

Dimanche 5 janvier / 11h00 – 12h00

Sont déjà présents dans l’enceinte du Parlement 151 des 167 députés élus en décembre 2015. Tous les membres des groupes révolutionnaires sont présents ainsi que presque tous les députés qui soutiennent Juan Guaidó.

Selon les dispositions légales qui règlent le fonctionnement du Parlement vénézuélien (règlement intérieur et des débats), le nombre de députés dont la présence est requise pour la validité de la séance est de la moitié plus un (quorum). 

Les deux vice-présidents du Comité directeur présidé par Juan Guaidó et les députés qui composent sa liste pour l’élection du nouveau Comité directeur arrivent à l’hémicycle. Le seul absent est le président de l’Assemblée, le député Guaidó 

Selon les normes, le vote doit avoir lieu personnellement par les députés présents, la victoire étant acquise par la majorité simple (la moitié plus un des votes émis). Donc selon le règlement, seulement 76 votes sont requis pour élire le nouveau Comité directeur. 

Dimanche 5 janvier / 12h32 

Le député Juan Guaidó, qui se trouvait dans les environs du Parlement, arrive au poste où l’on procède aux contrôles de sécurité. Les officiers lui donnent l’accès, mais il affirme qu’il doit entrer avec plusieurs personnes qui se font appeler parlementaires. Après vérification de leur identité, les officiers ont la preuve qu’il s’agit de personnes inhabilitées comme parlementaires par le Tribunal Suprême de Justice et qui ne sont donc pas en mesure de participer à la séance. Leur participation éventuelle rendrait la session nulle. Guaidó insiste: “Ou nous entrons tous ou personne n’entre”.

Dimanche 5 janvier / 13h34 

Après avoir attendu pendant presque trois heures la présence du Président de l’Assemblée pour qu’il ouvre formellement la séance et la procédure d’élection commence, plusieurs députés exigent l'ouverture de la séance. 

Dimanche 5 janvier / environ 14h00 

Le député d’opposition William Dávila du parti Acción Democrática, déclare aux média que tous les parlementaires ont pu entrer, sauf les inhabilités. 

Dimanche 5 janvier / environ 14h00 

A l’intérieur de l’hémicycle, des députés pro-Guaidó tentent d’empêcher le début de la séance. Des troubles éclatent, des députés de l’opposition se battent entre eux à coups de poings. Un autre groupe de parlementaires partisans de Guaidó envahit la salle du système audio du Parlement privant la salle de sonorisation. 

Dimanche 5 janvier / 14h:00 

Devant l’absence du Président, la séance commence et, conformément au règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le député le plus âgé, Héctor Agüero, est désigné directeur des débats et le plus jeune, en l’occurrence la députée Nosliw Rodriguez, secrétaire accidentel.

Dimanche 5 janvier / 14h00 

A l’ouverture de la séance, un groupe de parlementaires de l’opposition présente une liste de candidats à l’élection du nouveau Comité directeur de 

l’Assemblée : 

Président: Deputé Luis Parra (Parti Primero Justicia / Etat de Yaracuy) 

Premier Vice-président: Député Franklin Duarte (Parti Copei / Etat de Táchira)

Second Vice-président: Député José Noriega (Parti Voluntad Popular / Etat de Sucre) 

Sécretaire: Monsieur Negal Morales (Parti Acción Democrática / Etat de Miranda)

Sous-secrétaire: Monsieur Alexis Vivenes (Parti Voluntad Popular / Etat de Sucre) 

La liste est formée dans sa totalité par des députés d’opposition et ceux qui l’ont proposée la justifient comme étant la réponse à l’échec de la gestion du député Juan Guaidó. 

Dimanche 5 janvier / Après 14h:00 

Les partisans de Juan Guaidó ne présentent pas une autre liste et Guaidó reste en dehors du Parlement et refuse d’y entrer, tandis qu’à l’intérieur les esprits s’échauffent. Dans l’hémicycle, des parlementaires du Gouvernement et de l’opposition font des calculs pour vérifier lequel des deux secteurs aurait la majorité pour l’élection du Comité directeur. Des parlementaires informent que Guaidó se refuse à entrer car il ne dispose pas des votes nécessaires pour être réélu. Aucune autre liste n’ayant été présentée, le vote a lieu et la seule liste présentée obtient 81 voix (plus de la moitié plus un des présents), dans le respect de la loi vénézuélienne. 

Ainsi, conformément à la Constitution, aux lois et au règlement de l’Assemblée nationale, le député d’opposition Luis Parra, du Parti d’opposition Primero Justicia, est élu Président de l’Assemblée Nationale pour la période 2020-2021. Les autres députés de sa liste sont également élus. Le nouveau Comité directeur prête serment puis la séance exceptionnelle est close. 

Dimanche 5 janvier / Après 14h00 

En apprenant qu’un nouveau Comité directeur a été élu, le député Guaidó s’approche de la grille qui donne accès au siège du Parlement et, avec le soutien de quelques personnes, tente de forcer l’entrée en sautant par- dessus la grille. Des images prises par les média et retransmises dans le monde entier donnent l’impression que le gouvernement bolivarien a empêché Juan Guaidó d’entrer au Palais fédéral législatif. Tout cela après la clôture de la séance dans l’hémicycle. 

Dimanche 5 janvier / 14h45 

Une fois finie la tentative d’entrer par la force à l’Assemblée nationale, l’ancien président de l’AN, Juan Guaidó, annonce qu’en tant que président de l’AN, il présidera une séance dans au siège d’un journal privé, dans la partie est de Caracas. 

Dimanche 5 janvier / 14h38 

Dans une conférence de presse, le nouveau Président de l’Assemblée nationale, Luis Parra, réitère son opposition au Gouvernement et lance un appel à la dépolarisation politique et à la réinstitutionalisation du Parlement national, afin qu’il puisse remplir son rôle constitutionnel de pouvoir autonome et indépendant. Il affirme «L’Assemblée nationale n’appartient pas à Guaidó, elle appartient au peuple vénézuélien » 

Dimanche 5 janvier / 17h30 

Au siège du journal El Nacional, sur une scène préparée au préalable, le député Guaidó et un groupe de parlementaires de l’opposition dans un simulacre de séance réitèrent le choix de Guaidó comme Président du Pouvoir législatif et ne reconnaissent pas le Comité directeur élu au siège du Parlement. Guaidó affirme qu’il a été élu par 100 députés, mais sans vérification du quorum. 

Dimanche 5 janvier / 17h45 

Comme ce fut le cas le 23 janvier 2019, après la prestation de serment de Guaidó comme Président du Venezuela dans une place, quelques minutes après la séance privée de Guaidó, le Vice-président des Etats Unis, Mike Pence, a informé sur twitter qu’il s’était entretenu avec lui et l’avait félicité pour sa «réélection» comme Président de l'Assemblée Nationale du Venezuela. Peu après des pays du Groupe de Lima font de même. 

Dimanche 5 janvier / 18h15 

A partir de l’élection du nouveau Comité directeur du Parlement et de la séance privée réalisée par Juan Guaidó, des média et des agences internationales mettent en œuvre une opération pour imposer un récit contraire aux faits. On parle de « Coup d’Etat au Parlement ». Conséquence prévisible de l'échec de la liste menée par le député Juan Guaidó.

Lundi 6 janvier / 11h00 

Dans une rencontre avec la presse au siège de l’Assemblée, le nouveau président de l’AN, le député Luis Parra, convoque à la première séance parlementaire sous sa présidence le mardi 7 janvier à 10h00. 

Lundi 6 janvier / 13h20 

Dans une rencontré avec les média dans les bureaux d’une entreprise privée, Juan Guaidó convoque les parlementaires qui le soutiennent à se rendre à l’AN le mardi pour faire valoir son élection supposée. Il dit : « Nous irons nous exposer ».

Mardi 7 janvier / 10h00 

Au siège du Pouvoir législatif commence la première session de l’année 2020 sous la présidence de Luis Parra. Parmi les points à l’ordre du jour il y a la proposition de créer une commission pour avancer vers la réinstitutionnalisation du Parlement. Le quorum de 86 députés est vérifié et la séance est ouverte. 

Mardi 7 janvier / Vers 11h00 

Dans les jardins du Palais fédéral législatif quatre parlementaires pro Guaidó sabotent la séance en cours. Ces députés ne prennent pas leur place dans l’hémicycle mais rejoignent un groupe de journalistes dans la loge de presse et tentent de saboter le débat en criant que « ’on ne les laissait pas entrer » 

Mardi 7 janvier / Environ 11h00 

Juan Guaidó et un groupe de parlementaires qui le soutiennent arrivent au siège du Parlement. Ils entrent normalement après vérification de leur identité. Une nouvelle fois Guaidó insiste violemment en offensant des militaires pour que l’on donne l’entrée à la personne désignée par lui Secrétaire de la Chambre dans la séance privée du dimanche. Le député Guaidó tente de provoquer les agents de sécurité avec des insultes et des menaces et donne un coup à un militaire. La scène est filmée par plusieurs média mais les agences insistent sur le récit selon lequel «on n’a pas permis aux députés de Guaidó d’entrer au Parlement ». Une mise en scène faite pour les média. 

Mardi 7 janvier / 11h00 

Dans l’hémicycle, la séance se déroule normalement. L’Assemblée

nationale délibère et vote la création d’une commission pour avancer vers la réinstitutionalisation de l’AN, présidée par Luis Parra, Président du Parlement. Après le vote, la séance est close. Les parlementaires commencent à partir. 

Mardi 7 janvier / Après 11h00 

Les parlementaires pro Guaidó, conduits par lui, entrent à l’enceintelégislative avec une attitude agressive et tentent d’agresser le Président du Parlement, Luis Parra. Quelques minutes plus tard ils forcent la porte et entrent dans l’hémicycle déjà vide. 

Mardi 7 janvier / Après 11h00 

Entouré de son groupe de soutien, Guaidó prend possession du perchoir et prête serment comme Président par intérim du Venezuela, pour la deuxième fois en moins d’un an. Il est accompagné d’un groupe d’un peu plus de 30 parlementaires des 100 dont il dit avoir le soutien.

Mardi 7 janvier / 14h40 

Trois heures après la deuxième auto-proclamation de Guaidó, le Secrétaire d’Etat des Etats Unis, Mike Pompeo, donne une déclaration manifestant le soutien des Etats Unis à son deuxième mandat comme Président supposé du Venezuela. Le Groupe de Lima et autres gouvernements le suivent. La même histoire qu’en 2019. 

Source: ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela en France

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires