Venezuela: Lettre de l'Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela en France

16 Aoû 2019
854 fois

Caracas. Vendredi 16 août 2019. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. L'Ambassade de la République bolivarienne du Venezuela en France dénonce le harcèlement intense du gouvernement des États-Unis d’Amérique contre la souveraineté du Venezuela, en totale violation des principes les plus fondamentaux du multilatéralisme et du droit international.

A cet égard, l’Ambassade de la République bolivarienne du Venezuela tient à informer que le 5 août dernier, le Président des Etats-Unis, Donald Trump, a signé un Décret Exécutif afin de bloquer complètement les avoirs appartenant à la République Bolivarienne du Venezuela. De cette façon, l'attaque contre le Venezuela, qui comprend plus de 150 mesures coercitives unilatérales au cours des trois dernières années, est intensifiée dans le but d’effectuer un changement de gouvernement en fonction de leurs intérêts.

Ce nouveau Décret établit un blocus absolu des actifs et des intérêts sur les propriétés vénézuéliennes dans la juridiction étasunienne. Il prévoit également l'imposition de sanctions à l'encontre des personnes qui soutiennent le gouvernement vénézuélien, entraînant également l'interdiction de leur entrée sur le territoire étasunien. Cette nouvelle mesure empêchera tout type de transaction pour la fourniture de fonds, de biens et de services dont le Gouvernement et le secteur privé ont besoin.

Outre l'embargo et le blocus promus au niveau international contre le Venezuela, cette nouvelle mesure vise à restreindre davantage ses capacités commerciales, financières et économiques. Elle aura de graves répercussions non seulement sur le gouvernement vénézuélien, mais aussi sur le secteur privé qui requiert des transactions commerciales. Cependant, une fois de plus, ce sont les populations innocentes qui en souffriront le plus sévèrement. Cela est dû à l'imposition de restrictions plus importantes à l'accès aux services et aux biens nécessaires à leur survie.

L'Ambassade de la République bolivarienne du Venezuela en France dénonce le fait que ce Décret est appliqué en violation flagrante du droit international. Il s'agit d'une mesure coercitive unilatérale ayant un caractère extraterritorial et ayant des effets néfastes sur la population civile. Ce type d'actions a été condamné à de nombreuses reprises au sein des Nations Unies et qualifié d'illégal, car elles ne respectent pas les principes de juridiction et violent la Convention de Genève qui interdit les sanctions collectives.

Les mesures imposées jusqu'à présent par les États-Unis d’Amérique ont aggravé l'accès de la population vénézuélienne aux médicaments et à la nourriture, ce qui a eu un impact direct sur l'augmentation effrénée de la mortalité. 

Ce nouveau Décret aggravera sans aucun doute la situation et s'inscrit dans la typologie du crime contre l'humanité selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. 

De même, la menace d'imposer des sanctions aux personnes qui soutiennent le gouvernement vénézuélien est également illégale, car elle contrevient au principe fondamental de la Charte des Nations Unies qui détermine l'interdiction du recours à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État. Cette violation est ouvertement promue par le gouvernement des États-Unis d’Amérique qui, dans son récent Communiqué sur le Décret pour le Blocus des Biens du Gouvernement Vénézuélien, a souligné que « toutes les options sont sur la table », faisant allusion à l'utilisation possible de tout mécanisme, y compris la voie militaire, pour mettre fin au gouvernement actuel du Venezuela.

Les arguments avancés par l'administration du Président Trump dans ce Décret Exécutif, en accord avec tous les Décrets précédents, soulignent la nécessité d'imposer des mesures pour la solution de la situation au Venezuela. Néanmoins, le gouvernement des États-Unis d’Amérique n'a réussi qu'à faire intensifier la crise et engendrer la mort. Le Décret a été émis alors que le gouvernement vénézuélien et l'opposition unissent leurs forces, sous l'égide du gouvernement norvégien, pour parvenir à une solution concertée. Il est toutefois très clair que l'administration Trump ne tient pas compte de cette option, considérant la sortie du président Maduro comme la seule issue à la crise, permettant ainsi que le régime qui lui convient prenne le pouvoir.

 L'Ambassade de la République bolivarienne du Venezuela en France attire l'attention sur la contradiction du gouvernement des États-Unis d’Amérique, qui mène cette nouvelle agression contre le Venezuela prétendument au nom de la paix et du respect des droits de l'homme, au moment où son gouvernement fait face à de multiples scandales et que son pays est accablé par la violence massive de citoyens portant des armes de guerre. Ce scénario soulève sans doute la question de leurs véritables intérêts à l'égard du Venezuela.

Le gouvernement bolivarien du Venezuela exprime son plus vif rejet de ce nouvel assaut du gouvernement des États-Unis d’Amérique et exprime son attachement fidèle au multilatéralisme et au droit international dans la défense de sa souveraineté, de son indépendance et du bien-être de son peuple courageux, qui rejette fermement les agressions des intérêts impérialistes.

Paris, le 10 août 2019

Source: Ambassade de la République Bolivarienne du en France

 

Évaluer cet élément
(2 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires