Breaking News

Venezuela : La paix triomphera au Venezuela

07 Aoû 2018
410 fois
Le président a dénoncé la tentative d'attaque contre lui. Photo: AVN Le président a dénoncé la tentative d'attaque contre lui. Photo: AVN

Caracas. Lundi 6 août 2018. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a affirmé dans une allocution spéciale au peuple vénézuélien, samedi soir, qu'il est « debout, ferme et victorieux » après la tentative d'attentat contre sa vie perpétrée samedi soir alors qu'il participait à une cérémonie sur l'avenue Bolívar, de Caracas, à l'occasion du 81° anniversaire de la Garde Nationale Bolivarienne.

Maduro a commencé en évoquant la signification de l'avenue Bolívar - où avait lieu la cérémonie- qui était l'endroit où Chávez a fait son dernier discours, en plein centre de a ville. Il a expliqué qu'au moment où il se référait au Recensement des Transports que le Gouvernement a organisé pour réorganiser ce secteur et éviter le vol de combustible dans e pays et où il dénonçait le plan de coup d'Etat qu'avait annoncé l'extrême-droite vénézuélienne, colombienne et celle de Miami, il a vu une première explosion devant lui venant d'un drone chargé d'explosifs.

Il a qualifié les déclarations comme celles du président colombien Juan Manuel Santos quelques jours plus tôt « d'annonciatrices de violence » parce qu »elles évoquaient « les derniers jours de Maduro» comme les derniers sabotages du système électrique du pays.

Il a raconté qu'après cette première explosion, il a continué à observer la situation jusqu'à ce qu'il s'en produise une seconde après laquelle les forces de sécurité se sont activées pour garantir la protection de toutes les personnes présentes à la cérémonie et sa protection personnelle.

Le président vénézuélien a raconté qu'à ce moment-là, les communications ont été coupées, toute l'équipe d'investigation s'est déployée en coordination avec le Ministre de l'Intérieur et il a annoncé qu'une partie des auteurs de cet acte avait été arrêtée et des preuves saisies et qu'il n'y avait aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'un attentat derrière lequel se trouvait l'extrême-droite vénézuélienne, celle de Bogotá et le président colombien en personne.

Il a appelé à être en alerte face aux provocations qui peuvent survenir : « Alerte maximum, forces Armées Nationales Bolivariennes, sur la frontière ! Alerte maximum ! Grâce à Dieu, j'ai une protection spéciale, de notre créateur et de la très sainte vierge de la Chiquinquirá et j'ai vos prières, votre amour et votre protection, chers compatriotes. Et ils n'ont rien pu et ils ne pourront rien faire avec moi. Et ils n'ont rien pu et ils ne pourront rien faire avec nous. »

« Je suis là, debout, encore une fois ! » a répété Maduro et il a rappelé qu'on ne connaît pas dans l'histoire d'attentat contre un Président de la République réalisé ouvertement au Venezuela parce que ce n'est pas une coutume vénézuélienne et que l'idée d'assassiner un Président de la République ne vient pas de son pays car les Vénézuéliens règlent leurs différents par la parole : « Ils sont en train d'introduire la violence, le fait de brûler vifs des gens l'année dernière, les attentats et maintenant, un attentat contre le Président de la République. »

Nicolás Maduro a dit que la bourgeoisie vénézuélienne et aux opposants qui veulent vivre dans son pays que si un jour ils le font, ils devront se retrouver avec des millions d'humbles – des soldats, ds ouvriers et des paysans – dans les rues qui feront justice eux-mêmes et alors il ne restera que de la poussière sur de la poussière.

« C'est ce que cherchent l'oligarchie et l'impérialisme : un Venezuela fratricide». 

Il a signalé qu'après l'attentat, il a demandé au Ministre de l'Information et de la Communication, Jorge Rodríguez, de transmettre un message de tranquillité au peuple et aux amis du monde entier et il a parlé avec le procureur général Tarek William Saab et ensuite, il a parlé au peuple car « il devait le faire. C'est pour ça que je suis là, » a-t-il souligné.

Il a répété que l'enquête ira jusqu'au bout « qui que ce soit qui tombe », qu'on a déjà des informations à ce sujet et il a prévenu les responsables qui pourraient vivre à l'étranger – en particulier aux Etats-Unis - car on sait déjà que plusieurs des auteurs intellectuels et de ceux qui ont financé cet attentat sont en Floride : « J'espère que le président Trump aidera à arrêter ces terroristes fascistes. »

Dans son allocution au peuple, le premier Président ouvrier du Venezuela a dit qu'après cet attentat contre lui, il était plus décidé que jamais à poursuivre sur a voie de la Révolution Bolivarienne avec la paix et la coexistence et que des faits comme celui-là démontrent le désespoir de la mafia de Miami et de Bogotá qui cherche à s'approprier les richesses du Venezuela et à renverser le projet rebelle, révolutionnaire, indépendantiste de Bolívar, dirigé au XXI° siècle par Chávez et qui possède cet autre grande richesse qu'est l'idéologie.

« Qu'est-ce qui nous attend avec ces groupes ? Pourquoi ont-ils choisi l'action de conspiration et l'attentat ? Qu'est-ce qui les désespère ? Moi, je suis sûr qu'un élément qui les désespère beaucoup, c'est le programme de restauration de la monnaie et de l'économie que nous avons engagé. Nous allons renverser la situation économique et ils sont très désespérés parce qu'ils savent que ce programme est la réponse dont le Venezuela a besoin et ils savent qu'il va amener la prospérité et la paix au peuple vénézuélien. Et il produira de grands changements qui seront accompagnés par l'immense majorité des Vénézuéliens, » a-t-il souligné. 

Maduro a à nouveau évoqué le rôle de la Colombie après des violences comme celles-là et il a rappelé l'assassinat de Gaitán il y a 70 ans et la façon dont ils ont tué des dirigeants révolutionnaires dans les années 60 et 70 du siècle dernier : ceux du M19, ceux de l'Union patriotique : « Combien de membres des FARC n'ont-ils pas assassinés après la signature de la paix ? N'ont-ils pas tenté d'assassiner le Libérateur Simón Bolívar? N'ont-ils pas tué notre Antonio José de Sucre? Toute la haine vient toujours de Bogotá.

Si cet attentat organisé depuis Bogotá sert à quelque chose, c'est à renforcer notre conscience vénézuélienne de paix pour que nos fils et nos petits-enfants grandissent dans un pays de concorde, de paix et de coexistence démocratique et solide. C'est cela qui doit être notre nord. »

Cela veut dire qu'on cherche à renverser a façon dont tous les secteurs du pays sont en train de se réorganiser, pas seulement les partis mais aussi les syndicats, les mouvements sociaux et les Forces Armées qui ont de plus en plus de cohésion, avec un meilleur moral combatif, en faisant attention à chaque détail, mobilisées de façon permanente dans les Unités de Bataille Bolívar-Chávez (UBCh), dans les communes, pour garantir le droit du Venezuela à un avenir, à la paix.

Il a ajouté qu'au Venezuela, la paix triomphera, que si quelque chose surgit de moments comme celui-là, c'est l'amour et que si Dieu et le peuple restent avec lui, personne ne pourra être contre : « Ils n'ont rien pu et ils ne pourront rien ! Je le dis à l'oligarchie. Ils vont échouer. Je suis à, debout, vivant et vigoureux, » a-t-il souligné.

A la fin de son allocution, Nicolás Maduro a souligné qu'au Venezuela, il y aura la justice et non le pardon et il a juré pour le peuple et pour l'avenir de la Patrie qu'on poursuivra et qu'on arrêtera les responsables des violences de ce samedi où qu'ils se cachent parce que la lutte du peuple vénézuélien est la plus juste et qu'ils sont du bon côté de l'histoire.

« tous les jours qu'il me reste à vivre, je les vivrai pour vous, compatriotes. Et je suis sûr que les pas que nous allons faire dans le programme de prospérité, de croissance et de sécurité économique vont le démontrer. Je dis du fond du cœur à notre peuple : Jusqu'à la victoire toujours ! Nous vaincrons ! »

Par Bertha Mojena Milián

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires