Breaking News

Bolivie : Le Gouvernement putschiste harcèle l'ambassade du Mexique en Bolivie

09 Jan 2020
296 fois

Sucre. Jeudi 9 janvier 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. La chancellerie mexicaine a dénoncé l’augmentation du harcèlement de ses sièges diplomatiques dans la capitale bolivienne avec l'arrivée de plus de patrouilles, de militaires et l'utilisation de drones pour surveiller le siège diplomatique pendant la Bonne Nuit.

En réponse, le Gouvernement mexicain a donné rendez-vous à la chargée d'affaires de la Bolivie à une rencontre, jeudi, pour qu'elle donne une explication à propos des mesures qui, considère-t-il, violent les accords internationaux.

Mardi, presque à minuit, Maximiliano Reyes, sous-secrétaire de la Chancellerie pour l'Amérique Latine, a mis sur son compte Twitter des photos de patrouilles qui, selon ce qu'il dit, arrivaient à ce moment-là « dans les environs » du siège diplomatique, ce qui, selon lui, suppose un siège du lieu.

Un peu avant, il avait alerté sur « les plans d'intervention » aussi bien dans cet immeuble que dans l'ambassade et dit que le Mexique est « en alerte permanente face aux actes d'hostilité » contre lui.

Mercredi soir, dans une note diplomatique destinée au ministère des Affaires Etrangères bolivien, le Mexique avait dénoncé l'utilisation de drones qui survolaient les sièges diplomatiques, « ce qui supposerait une ingérence indue dans ceux-ci » et dans un communiqué divulgué presque en même temps, il avait annoncé que le Gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador avait convoqué la chargé d'affaires de la Bolivie au Mexique pour « qu'elle explique l'action des fonctionnaires boliviens. »

Les relations entre les 2 pays se sont tendues depuis que le Mexique a décidé d'accorder l'asile au président Evo Morales après sa démission, le 10 novembre, quand une trentaine de personnes sont venues se réfugier dans ses sièges diplomatiques.

Actuellement, 9 hauts ex-fonctionnaires du Gouvernement de Morales parmi lesquels Juan Ramón Quintana, ex-ministre de la Présidence et 5 autres ex-ministres sont réfugiés au Mexique qui a réaffirmé son droit à donner asile à ceux qu'il considère comme persécutés.

Dans un communiqué émis mardi soir, le Ministère des Relations Extérieures du Mexique a rendu les autorités boliviennes dirigées par la présidente par intérim autoproclamée Jeanine Áñez responsables de tout problème concernant ses immeubles, son personnel accrédité dans le pays et ceux qui sont sous sa protection. Mercredi, la chancellerie mexicaine a lancé un appel à ses homologues boliviens pour qu'ils donnent les sauf-conduits nécessaires pour que les personnes accueillies dans son siège diplomatique puissent quitter le pays.

Le Gouvernement putschiste considère l'action du Mexique comme une ingérence dans les affaires intérieures de la Bolivie mais la chancellerie mexicaine rappelle que les accusations contre ceux qui sont réfugiés dans ses sièges diplomatiques ont été faites après leur arrivée. 

Des corps de sécurité et du renseignement boliviens encerclent aussi bien l'ambassade que la résidence de l'ambassadrice et il y a également un « cordon de police qui enregistre les mouvements des personnes qui entrent et sortent des enceintes diplomatiques mexicaines,» dénonce la chancellerie. « Des agentes font des enregistrements et ont essayé d'arrêter la libre circulation de l'ambassadrice du Mexique et du personnel diplomatique tandis que des officiers motorisés suivent les déplacements des véhicules officiels, » ajoute-t-elle.

Mais le secrétaire privé de la présidence bolivienne, Erick Foronda, a nié que la libre circulation ou le siège diplomatique mexicain soient affectés et dit que la décision d'augmenter la présence policière est due à ce que le Gouvernement a reçu des informations sur le fait que des mouvements sociaux auraient prévu de se rendre là pour exiger l'expulsion de l'ex-militaire et ex-ministre » Quintana.

Morales a démissionné sous la pression de l'Armée après des semaines de protestation pour un décompte des voix remis en question aux élections présidentielles d'octobre. Il a été accueilli en territoire mexicain avant de se rendre en Argentine où il se trouve actuellement. 

(Avec des informations d' AP)

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2019/12/25/gobierno-golpista-boliviano-acosa-embajada-mexicana-en-la-paz/#.XgRtYy17R_8

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires