Haïti. EDH, fournisseurs privés, missions diplomatiques : le président Moïse annonce la couleur

18 Mai 2017
312 fois

Port-au-Prince. Jeudi 18 mai 2017. Lenouvelliste/CCN. Ce 18 mai, le président de la République va boucler ses 100 premiers jours au pouvoir. Pour les multiples autres 100 jours qu’il aura à passer à la tête du pays jusqu’en 2022, l’entrepreneur agricole de 48 ans annonce qu’il aura à prendre des décisions difficiles qui ne feront pas l’unanimité comme la hausse des prix de l’essence à la pompe…  

Résoudre le problème de l’Electricité d’Haïti, revoir les contrats des fournisseurs privés de l’EDH, décongestionner les missions diplomatiques du pays à l’étranger, les commandes de l’État, sont, entre autres, les nouvelles batailles du président de la République pour le reste de son quinquennat. Jovenel Moïse, qui faisait mardi le bilan de ses 100 premiers jours au pouvoir en accordant une interview exclusive à la Télévision nationale et à la Radio Scoop FM, annonce avec autorité, comme il aime le faire, des changements drastiques à plusieurs niveaux.  

D’abord, l’Électricité d’Haïti. Selon le locataire du Palais national, dans les contrats signés entre l’État et les fournisseurs privés d’électricité, sur chaque 100 kilowatts qu’ils produisent, l’État paie 85 kilowatts et ne rentre que 22% de la consommation. Jovenel Moïse est très remonté contre cette situation.

Il a haussé le ton pour dire qu’il va résoudre le problème de l’EDH subventionnée par le Trésor public à hauteur de plus de 200 millions de dollars l’an. M. Moïse a annoncé la mise sur pied d’une structure qui va gérer la production, le transport, la distribution et la commercialisation de l’énergie électrique au pays. Le président a rappelé que l’administration Martelly avait déjà pris deux arrêtés en ce sens et lui il compte les faire appliquer.  

Cependant, le chef de l’État a toutefois reconnu que le problème de l’ED’H était « complexe ». « Je vais résoudre le problème de l’électricité. Le pays doit avoir du courant électrique… », a martelé Jovenel Moïse. Il a annoncé que les dix départements du pays vont être interconnectés via un réseau national d’électricité. Selon ce que lui ont fait savoir des acteurs confirmés qui évoluent dans le domaine, ce réseau peut coûter entre 243 millions et 250 millions de dollars. Pour l’ancien patron de l’Agritrans, c’est faisable et il y croit.

Pour atteindre ses objectifs, le président de la République a fait savoir qu’il va appliquer deux modèles économiques : le Partenariat public-privé et la Concession. La dernière consiste à trouver des entreprises étrangères désirant financer et gérer pour un certain temps des constructions dans le pays comme des routes, des aéroports, entre autres.  

« Nous allons réduire drastiquement les dépenses de l’État. Chaque gourde qui sort du Trésor public doit être justifiée et les résultats visibles », a lancé le leader des Tet kale. Outre la hausse des prix de l’essence à la pompe, le chef de l’État a annoncé d’autres décisions qui ne feraient pas l’unanimité comme contrôler maintenant les commandes de l’État.

Le locataire du Palais national a dit qu’il ne voulait pas utiliser le mot « catastrophique » pour qualifier l’état dans lequel il a trouvé les finances du pays le 7 février 2017. Mais, a-t-il dit, il a trouvé le pays dans une situation extrêmement difficile. D’ici la semaine prochaine, le budget rectificatif sera déposé au Parlement et la Chambre des députés sera convoquée en session extraordinaire pour voter la loi de finances rectificative, a annoncé Jovenel Moïse.  

Alors que le nouveau pouvoir n’a pas encore de budget, 197 330 000 gourdes ont été débloquées pour la « Caravane de changement » et 100 millions de gourdes pour la sécurité du chef de l’État. Interrogé sur ce point, le président de la République a fait savoir que l’argent de la caravane n'est sorti nulle part. La caravane utilise des employés et des équipements de l’État, a-t-il affirmé.

Le ministère des Finances n’a pas encore débloqué toute la somme de 197 330 000 gourdes, a dit M. Moïse, soulignant qu’il n’y a pas un fonds qui s’appelle caravane, mais il a usé de son leadership pour faire fonctionner ce programme qu’il a lancé le 1er mai dans le département de l’Artibonite.  

Sur les missions diplomatiques

Un personnel pléthorique dans les missions diplomatiques du pays à l’étranger, des consulats qui devaient avoir sept employés en ont 70, a tancé Jovenel Moïse. La situation est grave, selon le président, soulignant que, dans les missions diplomatiques, il y a beaucoup d’étudiants, beaucoup de gens qui n’ont aucune envie et qui ne vont jamais retourner au pays. 

« La décision pour résoudre ce problème sera difficile, mais nous devons le faire. Comme chef de la diplomatie, j’aurai à rappeler beaucoup de gens, mais beaucoup de gens avant de réaliser une étude au cas par cas. On doit dégraisser la diplomatie et la rendre plus efficace », a annoncé M. Moïse.

Alors que bon nombre d'employés des missions diplomatiques du pays à l’étranger ont été recommandés par des parlementaires, le chef de l’État a fait savoir que des groupes de députés lui ont déjà demandé de prendre la décision pour décongestionner ces missions diplomatiques.  

Tout en soulignant qu’il ne va pas faire la chasse aux sorcières, le président a indiqué que c’est dans toute l’administration publique qu’il compte réduire l’effectif. Il a promis de faire passer l’administration publique d’un taux de rendement de 10% à 30% à la fin de son quinquennat.

Ce jeudi 18 mai 2017, le chef de l’État boucle ses 100 premiers jours au pouvoir et entame la marche vers la difficile réalité de la concrétisation de ses promesses de campagne. La terre, l’eau, le soleil et les hommes, les quatre éléments sur lesquels compte Jovenel Moïse pour faire la différence, sont déjà et ont toujours été disponibles. Les mettre ensemble pour assurer le développement durable du pays comme il l’avait promis, c’est à ce carrefour qu’il est attendu… 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Memorial ACTe before opening !