Breaking News

Haïti. Huit ans après le séisme de 2010

12 Jan 2018
210 fois

Port-au-Prince. Vendredi 12 Janvier 2018. Lenouvelliste/CCN. Haïti, huit ans après le séisme meurtrier de janvier 2010, des familles sont toujours en refuge dans des camps de fortune à Port-au-Prince. 26 camps répertoriés dans la région métropolitaine laissent les séquelles du cataclysme qui a endeuillé des familles haïtiennes, environ 200 000 morts.

Sur la route près de la piste de Delmas 2 est situé le camp de fortune communément appelé « La Piste », habité en majeur partie par des personnes à mobilité réduite et des sourds-muets. À cet endroit depuis le cataclysme de janvier 2010, des familles y ont trouvé refuge. Pas de bloc sanitaire, pas d’eau potable, privés d’électricité, sans aucune assistance, des gens s’accrochent encore. Ils font leurs besoins dans des sachets et les lancent ensuite de l’autre côté de la rue depuis ces dernières années. Dans un petit robinet quand la DINEPA songe à laisser couler l’eau, ils font le pied de grue. C’est l’enfer pour eux, comme l’a voulu exprimer un muet.

Ils ne sont pas les seuls à moisir dans des camps de fortune. Chaque camp de fortune draine son lot de misère. 8 ans après le tremblement de terre de 2010, environ 37 600 personnes (soit 9 255 ménages) vivent dans 26 sites ouverts dans la région métropolitaine, a informé l’Organisation internationale pour la migration (OIM).

Comme pour démontrer que les séquelles sont encore là, Delmas et Léogâne en comptent chacun six camps de fortune encore opérationnels, déchiffre l’OIM.

Le camp Caradeux s’impose à Delmas et prend la forme d’un grand village bâti au moyen des pavillons lors de cette avalanche de dons offerts par Catholique Relief Service, peu après le séisme. Les bras de fer se multiplient, pourtant les rescapés continuent à loger les 15 hectares de terre qui s’étendent de Caradeux jusqu’à Delmas 75.

Un jeune homme calfeutre le toit de son shelter mercredi au camp Caradeux. Partout sont estampillés sur les shelters « à vendre ou à louer ».

« Nous avons 10 blocs ici », informe Gemps Blot, président dudit camp, qui semble perdu sur le compte exact. « Nous exigeons un village en construction dure pour améliorer les conditions de vie de plus d’un millier de familles dans ce site », s’exclame-t-il. Gemps Blot explique que les citoyens s’organisent sans l’aide des organisations non gouvernementales depuis plusieurs années.

Le calvaire de ces gens n’est pas différent des 25 autres sites d’hébergement provisoires.

Compte tenu de la vulnérabilité de ces personnes demeurant toujours dans les camps huit ans après le tremblement de terre de janvier 2010, le gouvernement haïtien et la communauté humanitaire considèrent le démantèlement des camps comme une priorité absolue, a réagi Emmanuelle Dérice, responsable de cette unité à l’OIM. Elle précise qu’à l’heure actuelle, seules quelques activités de relocalisation, avec subvention au loyer, sont toujours mises en œuvre.

La responsable de cette unité affirme que 97 % de la population initialement déplacée suite au séisme a pu quitter les camps au cours des 8 dernières années. « Ce retour a été facilité par la mise en œuvre de programmes innovants développés par les partenariats nationaux et internationaux ainsi qu’aux efforts individuels des personnes déplacées ayant identifié leur propre solution pour quitter les camps », a-t-elle confié.

Emmanuelle Dérice pense qu’il faut continuer le travail d’appui au gouvernement afin de fournir l’accès aux solutions durables aux personnes qui demeurent déplacées depuis 2010. Seul petit problème, il y a un manque de financement.

Si l’on se fie à Mme Dérice, les raisons pour lesquelles 26 camps restent ouverts sont, entre autres, le manque de financement pour y implémenter des solutions durables ainsi que les propres caractéristiques de ces camps (propriété du terrain, type d’abris, préférences des déplacés, etc.).

Plus loin, elle continue pour préciser que dans la période allant de juillet 2010 à mai 2017, presque 90 000 ménages déplacés (soit plus de 301 000 individus) ont pu quitter les camps grâce aux subventions au loyer, ce qui a permis la fermeture de 550 camps de déplacés. Au total, 1 529 camps ont été fermés.

Par ailleurs, Emmanuelle Dérice explique que les 26 camps qui restent ouverts depuis 2010 devront être relocalisés ou bien intégrés dans le tissu urbain en respectant les standards d’aménagement urbains nationaux, en ligne avec la stratégie du gouvernement d’Haïti.

Source de cet article : http://lenouvelliste.com/article/181704/26-camps-de-fortune-sont-encore-debout-huit-ans-apres-le-seisme-de-2010

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires