Breaking News

Haïti. Les propositions du CSS, un très bon premier pas, selon Georges Sassine

12 Juil 2017
485 fois

Port-au-Prince. Mercredi 12 juillet 2017. Lenouvelliste/CCN. Le président de l’Association des industries d’Haïti accueille avec satisfaction le rapport du CSS proposant 335 gourdes comme salaire minimum de référence dans le secteur de la sous-traitance.

« C’est un très bon premier pas », juge Georges Sassine, rappelant une fois de plus qu’il s’agit de« recommandation», comme pour souligner que ces propositions ne sont pas une imposition. La réaction du président de l’ADIH va totalement à l’encontre de celle des ouvriers qui ont rejeté les recommandations du CSS et qui continuent d’exiger 800 gourdes. « Ce n’est pas seulement le salaire de la sous-traitance qu’il faut regarder », selon Georges Sassine, qui veut enlever les projecteurs sur les patrons de ce secteur pour les diriger vers l’Etat haïtien.

C’est à l’Etat qu’il revient d’offrir aux ouvriers des facilités en matière d’éducation, de transport, de santé et autres. « Nous ne pouvons pas nous substituer à l’Etat », a-t-il dit après avoir dénoncé cette tendance à attendre du secteur de la sous-traitance la résolution de tous les problèmes. Georges Sassine reconnaît que les 300 gourdes sont un « salaire de misère » et que les « ouvriers ne pourront pas devenir riches avec ». Mais ce salaire, note-t-il, n’est pas le problème. Il fait au contraire partie de la solution et constitue un premier pas, a-t-il ajouté, soulignant que c’est grâce à ce salaire que les ouvriers parviennent à prendre soin de leurs familles.

Plusieurs pays, dont le Taïwan, la République dominicaine et la Chine sont passés par la sous-traitance avant d’aller vers les autres secteurs. Mais nous, au lieu d’en faire autant, nous nous efforçons de détruire le premier pas que nous avons effectué, a déclaré Georges Sassine, soulignant qu’en 2005, le secteur de la sous-traitance employait 9 000 personnes qui confectionnaient des maillots. Alors qu’aujourd’hui il emploie 42 000 ouvriers et représente 90% des exportations du pays.

Voulant faire preuve de compréhension envers les ouvriers, Georges Sassine juge «normal» qu’ils réclament 800 gourdes, ce qu’il compare à une démarche consistant à « viser la lune pour atteindre les monts ». Le patron de l’ADIH émet cependant des doutes sur le statut de ceux qui mettent la pression sur les patrons dans les rues. « Les ouvriers ont été à leur poste de travail hier », a-t-il dit mardi sur les ondes de Radio Magik9 où Dominique St-Eloi est sorti égratigné. « St-Eloi a été nommé au CSS, il ne s’y est jamais rendu, donc il n’a pas de proposition », a-t-il déclaré non sans condescendance. Il dit ne pas comprendre pourquoi le président n’a pas procédé au remplacement de ce dernier.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires